Techniques & Stratégies

Comment pêcher correctement les obstacles ?

Fabio Gerratana

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

Notre collaborateur italien et grand spécialiste des montages, Fabio Gerratana, nous donne son point de vue sur la pêche des postes encombrés.

Les carpes aiment passer leur temps sur des postes encombrés ou près des obstacles, car ces derniers constituent à la fois des garde-manger et offrent un abri dans lequel les poissons se sentent plus en sécurité.

Pêcher ce type de poste peut être un vrai défi, mais pour que tout se passe bien, rien ne doit être laissé au hasard. Dans cet article je vais vous parler des différents types d’obstacles et la façon de les pêcher efficacement sans inutilement mettre en danger les carpes.

Avec le mot « obstacle » je veux dire toute chose ou objet qui peut causer la perte d’une carpe lors du combat. Je vais tenter d’expliquer comment pêcher de façon responsable ces endroits dangereux.

Tout d’abord, quand on aborde un poste encombré, il est très important de connaître la configuration du poste dans les moindres détails pour savoir exactement où se situent les endroits dangereux et de quel type de danger il s’agit.

Puis posez-vous la question suivant : quelles sont mes chances de sortir un poisson ici ? Certains endroits sont bons pour avoir pas mal de départs, mais si malgré tout on y perd beaucoup de poissons, il ne vaut mieux pas les pêcher du tout.

Le mieux c’est de réaliser une carte détaillée du poste avec tous les dangers présents, puis d’étudier sous quel angle il faut aborder ce poste afin d’avoir les meilleures chances de sortir un poisson.

Personnellement, je pêche assez souvent des postes encombrés, et à travers les années, j’ai appris comment et avec quel matériel il faut les aborder. Concernant le matériel il ne faut faire aucune concession, il faut qu’il soit costaud et fiable !

Nous pouvons placer les obstacles en trois catégories :

Obstacles végétaux mous : herbes, nénuphars, roseaux et buissons.
Obstacles végétaux durs : arbres, souches, grosses branches.
Obstacles durs et coupants : roches, moules et tout type de structure fait par l’homme.

Nous allons maintenant voir en détail comment aborder chaque cas spécifique afin d’éviter des casses et d’obtenir le meilleur ratio départ-capture.

Obstacles végétaux mous

Comment pêcher correctement les obstacles ?Dans cette catégorie les obstacles sont de nature flexible. Depuis un certain nombre d’années de nombreuses eaux souffrent de l’eutrophisation causée notamment par la pollution agricole.

C’est un phénomène d’augmentation des substances nutritives présentes dans le milieu aquatique qui stimule la formation et la multiplication des végétaux, et dans certains cas même, dans des proportions extrêmes.

Concernant les herbiers, deux approches sont envisageables : pêcher au ras ou pêcher dans un trou au plein milieu d’un herbier. Quand on sait où se situe l’herbier il est possible de lancer depuis la berge pour placer son montage au ras de l’herbier.

Mais pour pêcher dans les trous situés à une certaine distance de la berge on a forcément besoin d’un bateau ou d’un bateau amorceur pour pouvoir bien présenter son montage. Dans d’autres cas nous pêchons au ras d’un lit de nénuphars où contre une roselière.

Dans tous ces cas, il faut impérativement rester très près des cannes et réagir au plus vite quand il y a une touche.

Concernant le matériel à utiliser le plus important est de pêcher frein serré avec une tresse Dyneema, ce qui permet de couper à travers les végétaux mous, chose impossible avec un Nylon.

L’absence d’élasticité d’une tresse est également un grand avantage dans ce cas car cela permet d’avoir un meilleur contrôle sur le poisson durant le combat.

Obstacles végétaux durs

Comment pêcher correctement les obstacles ?Sans doute un arbre immergé attire autant les carpes que les carpistes qui s’imaginent déjà avoir pas mal de départs. Les carpes aiment se mettre à l’abri dans, ou sous des branches.

Puis il y a souvent des écrevisses et autres petites bestioles qui se cachent dessous et autour. Bien que pas systématique, bien situé, un arbre couché immergé peut se révéler être un véritable hot spot. Mais il s’agit en même temps d’un endroit très dangereux. Une carpe qui fonce à travers les branches ou se bloque dedans se traduit souvent sa perte.

Pêcher dans, ou trop près de l’obstacle est complètement irresponsable. Il faut toujours conserver une distance de sécurité qui permet d’arrêter ou de faire dévier la carpe avant qu’elle ne puisse atteindre l’obstacle.

Il est très important de comprendre la structure de l’obstacle car souvent le danger vient de ce que nous ne sommes pas capables de voir à l’œil nu. Un bon échosondeur peut nous éclairer sur le monde sous-marin. Sinon, un plomb et quelques lancers peuvent nous renseigner aussi.

Pour le contact avec le bois les tresses sont déconseillées. Le bois est souvent dans l’eau depuis longtemps et une tresse risque de le scier un peu mais ensuite s’agrippe fermement dedans, puis tout risque de rester bloqué.

Le mieux c’est d’utiliser une tête de ligne de 12 à 15 mètres de long en monofilament de 0,55 ou 0,60mm qui glissera sur le bois. En revanche, je choisis un corps de ligne en tresse pour optimiser la détection des touches et pouvoir bien brider le poisson.

Vous pouvez pêcher contre un obstacle avec le frein et la canne bloqués, mais il ne faut jamais pêcher « à côté » ou « derrière » un obstacle car c’est quasiment perdu d’avance. Pour la sécurité le meilleur placement du montage par rapport à l’obstacle se situe devant et sur le côté car il y a déjà une chance sur deux que le poisson parte en eau libre dès le départ.

Si ce n’est pas le cas, on peut le brider à fond pour éviter qu’il parte droit dedans.

Obstacles durs et coupants

Comment pêcher correctement les obstacles ?Les cassures abruptes sur les gravières où les endroits avec beaucoup de moules (souvent fixées sur des supports durs en bois, roche ou métal) nécessitent l’emploi de grandes têtes de ligne (jusqu’à 25 mètres dans certains cas) en monofilament de 0,70mm, résistantes à l’abrasion.

Après chaque combat un contrôle de la tête de ligne s’impose. Trop endommagé, il faut la remplacer impérativement.

 

 

Équipement & conseils divers

Bien sûr il faut utiliser un matériel puissant et fiable en toutes circonstances. On ne cherche pas à être « sportif » ou à se donner du plaisir avec des cannes trop peu puissantes, non, ça passe ou ça casse, et le but est de sortir le poisson !

Pareil pour les bas de lignes, il faut du costaud, de la tresse gainée de 35 ou 45lb par exemple.

Le système d’attache du plomb a son importance aussi. Souvent il est plus sûr de pêcher avec des galets sur fil cassant. Une fois débarrassé du lest le poisson a tendance à monter en surface, ce qui l’éloigne souvent du danger. Sinon, il faut au moins utiliser un système qui permet à la carpe de se débarrasser du plomb facilement en cas de casse.

Un bon exemple dans ce domaine est le système « hit & run » de chez PB Products. En cas de casse ce système libère non seulement le poisson du plomb, mais également de la tête de ligne et/ou le corps de ligne.

Comment pêcher correctement les obstacles ?
Le système Hit & Run de PB Products.

Pour une sécurité supplémentaire il est possible de prolonger la tête de ligne avec un leader de 1 ou 1,5 mètres en « lead free » leader, Protect Leader ou tresse en Kevlar. Cette dernière est quasiment indestructible.

La stratégie d’amorçage pourrait jouer un rôle clé. Il est souvent possible de faire sortir les poissons un peu plus des obstacles grâce à notre façon d’amorcer.

Créer un petit chemin d’amorce permet d’emmener les carpes sur les montages placés à plusieurs mètres en dehors d’un obstacle. Ceci pourrait faire une différence énorme en ce qui concerne le pourcentage de poissons réellement capturés.

Cette stratégie de sortir les poissons des obstacles marche d’autant mieux quand on amorce régulièrement et depuis plusieurs jours à l’avance.

Voilà en ce qui concerne les consignes que je peux vous donner. Le plus important est sûrement de s’appliquer à fond à tous les niveaux car dans cette pêche extrême le moindre point faible peut conduire à l’échec.


MAGAZINE CARPE EN MODE AUDIO

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------
Bouton Haut de page
Chargement...
X
X