Interviews

15 questions à David Monterrat

Un pêcheur qui a la niaque !

David fait partie du club des ultras passionnés, ceux qui vivent pêche au quotidien avec en permanence dans la tête la prochaine aventure à vivre au bord de l’eau.

Ses terrains de jeu sont exclusivement dans le domaine public qu’il vénère, comme sa rivière de cœur la Saône entre autres.

Il n’hésite pas à s’investir le temps nécessaire à la capture d’un beau poisson et ne baisse jamais les bras, il le sait, le meilleur atout d’un pêcheur, c’est avant tout la motivation et l’investissement…

Et pour ça, on peut lui faire confiance, il ne lâche rien au bord de l’eau !

INTERVIEW CARP LSD

 

1-Comment as-tu découvert la pêche de la carpe ?

J’ai découvert la pêche en général très jeune par mon père qui m’emmenait pêcher les poissons-chats au bouchon.

15 Questions à David Monterrat | Un pêcheur qui a la niaque ! CARP LSD

J’ai passé ensuite pas mal de temps à essayer de prendre des carpeaux dans les mares de mes grands-parents au ver de terre ou au maïs doux.

Je trouvais déjà ce poisson fascinant. Ce mélange de beauté et de force, difficile de rester insensible…

J’ai ensuite rêvé devant quelques magazines, le matériel high tech, les poissons énormes, les paysages incroyables, j’étais vraiment attiré par cet ensemble de chose.

C’est vers l’âge de 12/13 ans que j’ai commencé à pêcher la carpe en batterie et pris mes premières carpes avec des montages aux cheveux et à la bouillette dans un étang de camping où nous partions en vacances.

Puis peu de temps après, j’ai découvert la Saône qui coule près de chez moi grâce à un copain de l’époque.

Les premiers roulages de bouillettes, les premières nuits, les premiers cartons sur les bancs de petites communes, les premières 15+, j’étais mordu…

15 Questions à David Monterrat | Un pêcheur qui a la niaque ! CARP LSD

 2-Quelle est ta situation professionnelle ?

Je travaille dans le milieu médical depuis 6 ans en tant qu’accompagnant éducatif et social.

Mon travail consiste à accompagner dans les gestes de la vie quotidienne des personnes en pertes d’autonomie (maladie, handicap, vieillissement, etc.), d’essayer de maintenir au maximum l’autonomie de ces personnes et de leur permettre des loisirs ou des sorties quand cela est possible.

C’est un accompagnement individualisé et très axé sur la bienveillance et le bien-être psychologique.

Je suis assez fier de ma profession, elle est extrêmement riche, très valorisante et m’a apporté beaucoup d’un point de vue humain et empathique.

Il n’y a pas de routine et honnêtement, je ne me vois pas travailler dans une autre branche.

15 Questions à David Monterrat | Un pêcheur qui a la niaque ! CARP LSD

3-As-tu des sponsors ?

Non, je n’ai pas de sponsor.

4-Plutôt pêcheur de longues sessions ou adepte de pêches rapides ?

De pêche rapide sans aucun doute.

La vie de famille et les contraintes du milieu médical (horaire et week-end), font que j’ai appris à pêcher bien souvent des petites nuits rapides, de temps en temps 48h et très rarement plus.

J’ai du mal à rester en place de toute façon. J’essaie de compenser le manque de temps par l’observation et la préparation de ma pêche en amont.

15 Questions à David Monterrat | Un pêcheur qui a la niaque ! CARP LSD

5-Niveau destination, tu es plutôt privé ou public ?

Public à 100% ! Je n’ai jamais été attiré par le privé.

Pour tout un tas de raisons qui me sont propres, ça ne me fait vraiment pas rêver. J’ai d’ailleurs la chance d’habiter une région extrêmement bien fournie en terrains de jeux.

On a clairement l’embarras du choix sur la destination en public.

15 Questions à David Monterrat | Un pêcheur qui a la niaque ! CARP LSD

6-Tu es du style à benner lourd ou préfères-tu des amorçages légers et ciblés ?

Je dirais plutôt léger en règle générale. Mon temps de pêche sur un spot ne dépassant que très rarement 48 heures, je cherche plus à intercepter des poissons rapidement et non pas à construire un amorçage.

Le plus souvent, je me contente d’une dizaine à une trentaine de bouillettes étalées autour de chaque montage.

Cela dépend bien sûr de beaucoup de facteurs : les indésirables, l’activité des poissons, le cheptel, etc.

En revanche, il m’arrive souvent de faire de bon pré-amorçages quelques jours avant la pêche avec de bonnes quantités d’appâts lorsque la conjoncture semble propice à une bonne activité alimentaire des carpes. C’est bien souvent très bénéfique.

15 Questions à David Monterrat | Un pêcheur qui a la niaque ! CARP LSD

7-Côtés présentations, tu es plutôt dense ou flottante ?

Disons que je pêche 95% du temps au fond. Il m’arrive d’utiliser des pop-up dans des cas bien précis.

Globalement, je trouve qu’une bonne bouillette dense bien placée reste très efficace et bien suffisant pour attraper une carpe qui se nourrit sur un spot.

Je n’ai pas pu observer, hormis dans de rares cas particuliers de réels avantages à pêcher décoller.

De plus, les présentations décollées ont tendance à piquer beaucoup de poisson blanc.

8-Quel est ton montage de prédilection ?

J’utilise exclusivement le stiff-rig depuis 4 ans maintenant. J’en suis plus que satisfait.

C’est un montage vraiment efficace, qui ne s’emmêle pas et reste pêchant dans quasiment toutes les situations.

De plus, il est très simple à réaliser et nécessite peu de matériel. Il a gagné ma confiance au point de n’utiliser plus que cela partout.

15 Questions à David Monterrat | Un pêcheur qui a la niaque ! CARP LSD

9-Ton appât préféré ?

La bouillette est sans aucun doute l’appât que j’utilise le plus. C’est un appât sélectif qui permet de prendre des carpes partout et rapidement.

Les bouillettes sont faciles à utiliser et à propulser.

J’aime également pêcher à la graine dans certaines situations, pour faire la différence sur certains lieux, ou sur des eaux ou les poissons-chats ou les écrevisses américaines pullulent et déciment les bouillettes à vitesse grand V.

10-Quel matériel emploies-tu ?

Je ne suis pas un grand acheteur de matériel, j’aime avoir du matos fiable, robuste et qui dure dans le temps.

Au fur et à mesure des années et des lieux que j’ai pu pêcher, j’ai eu besoin d’utiliser du matériel assez puissant.

Des cannes de 10 pieds 3.5lbs couplés à de bons vieux Daiwa 5000.

Pour la ligne, une tresse de 30 centimes est suivie d’une tête de ligne d’une dizaine de mètres de 60 ou 70 centièmes.

C’est un ensemble que je trouve parfait pour aborder les eaux que je pêche. Cela me permet de pouvoir arrêter des poissons très puissants lorsque c’est nécessaire en rivière ou proche d’obstacle.

15 Questions à David Monterrat | Un pêcheur qui a la niaque ! CARP LSD

11-D’après toi, quelles sont les qualités essentielles pour être un bon pêcheur de carpe

Difficile de donner une réponse objective à cette question.

Pour moi, un bon pêcheur de carpe est un pêcheur capable d’être régulier en termes de résultat sur des eaux différentes tout au long de l’année.

En rapport bien sûr avec la difficulté des eaux pêchées. C’est souvent le signe d’une bonne maîtrise de la pêche de la carpe en général.

Je pense que la motivation joue un des rôles les plus importants. Lorsque l’on est motivé, on s’investit beaucoup dans quelque chose et du coup, on apprend beaucoup aussi.

Il faut également savoir être observateur de tout ce qui peut avoir une incidence directe ou indirecte sur la pêche. Il y a énormément de légende ou d’idées reçues qui ne se vérifient pas sur le terrain.

Être à l’écoute des autres et rester ouvert est très important. Il est important de ne pas rester buter lorsqu’une approche ne fonctionne pas ou pas assez selon vous.

Je vais finir (parce qu’il y en a sûrement des dizaines) par la confiance en soi.

Elle s’acquiert avec la pratique et la réussite.

C’est vraiment un des critères prédominants.

Aborder sa pêche avec confiance n’est pas une assurance tous risques, mais cela mène souvent à la réussite et on prend plus de plaisir au bord de l’eau.

Et d’ailleurs, je pense qu’il faut vraiment prendre du plaisir dans ce que l’on fait. Si le plaisir et la passion sont là, le reste vient tout seul.

15 Questions à David Monterrat | Un pêcheur qui a la niaque ! CARP LSD

12-As-tu un mentor, un pêcheur qui t’a fortement influencé ?

J’ai été influencé dans ma jeunesse par Nicolas Chevret, un pêcheur local.

Je débutais la pêche de la carpe sur la Saône et c’était le beau-frère de mon coéquipier de l’époque, son garage sentait bon le Monster Crab !

C’est d’ailleurs lui qui m’avait donné envie de rouler mes appâts. Ses résultats étaient impressionnants et pour nous, c’était presque incroyable.

Les frères Rousselot m’ont beaucoup influencé, mais plus tard. Par leur philosophie en général sur la vision de la pêche de la carpe, par l’envie de comprendre et de connaître plus précisément le comportement des poissons.

Le coter « traque » m’a vraiment séduit et au fur et à mesure du temps m’a poussé également dans le sens de la traque des poissons spéciaux.

Sinon je n’ai pas vraiment eu de mentor, cependant, j’ai appris beaucoup d’un paquet de pêcheur connu ou non et de tout âge.

Et croyez-moi, parfois, il serait bête d’être fermé à la discussion…

13-Quel est ton regard sur les réseaux sociaux ?

Je dirais mitiger, je suis assez nostalgique de mes débuts sans les réseaux sociaux, on pouvait entendre parler carpe uniquement en se déplaçant au magasin du coin.

C’était beaucoup plus vivant, plus convivial.

Tout va très vite sur les réseaux sociaux, les infos vraies ou fausses circulent à tout-va, les fils d’actualité sont saturés de publicité pour des centaines de marques…

J’essaye de garder cela comme un simple moyen de distraction aussi saine et agréable que possible.

On trouve parfois un peu de tout et j’ai appris à faire le tri dans ce que je veux voir ou non…

En contrepartie, les réseaux sociaux sont un bon moyen pour rencontrer et d’échanger avec d’autres carpistes, parfois de rencontrer ces personnes réellement par la suite et donc de voyager, de partager et ça, c’est vraiment cool !

15 Questions à David Monterrat | Un pêcheur qui a la niaque ! CARP LSD

14-Comment envisages-tu l’avenir de la pêche de la carpe en France ?

Très honnêtement, je ne sais pas.

Difficile de prévoir l’avenir, mais comme je l’ai cité plus haut, je suis assez nostalgique de l’ancienne époque.

C’est vraiment propre à moi-même, mais j’ai l’impression que l’on se dirige vers une privatisation des eaux de plus en plus importante.

Pas forcément en accord avec ma philosophie de la liberté qui accompagne la pêche en général.

À côté de cela, je me rends compte que la pêche de la carpe a toujours la cote, et même chez les très jeunes !

Et ça, c’est plutôt bien dans un monde de plus en plus urbanisé où l’on est de plus en plus déconnecté de la nature.

15 Questions à David Monterrat | Un pêcheur qui a la niaque ! CARP LSD

15-Des projets ?

Oh oui ! Toujours !

J’essaye de toujours avoir des projets, des objectifs que je me fixe seul ou avec des potes.

Ça anime encore plus ma passion. Sois de découvrir de nouveaux endroits avec le moins d’information possible.

Ou encore de traquer un gros poisson ou une carpe rare sur un lieu.

D’ailleurs, une géante hante mes nuits depuis presque un an. La difficulté que je rencontre pour la capturer est déstabilisante et me met la niaque comme jamais !

C’est inlassable et c’est ce qui fait qu’on n’en fera jamais le tour, quoi de mieux…

Afficher plus

Articles liès à la même thématique

Chargement...