Techniques & Stratégies

Entrez dans la « Weed Zone » !!!

David Monterrat

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

Ces dernières années, dans ma région, les hivers sont particulièrement doux et les étés sont eux, longs et chauds.

Des conditions particulièrement favorables au développement de la végétation aquatique. Sur certaines eaux closes ou certaines rivières, elle est très étendue et très dense.

Les gros massifs d’herbiers sont pour moi des spots de premier choix !

Ils constituent des zones de tenue de grande qualité pour nos chères carpes, on peut imaginer facilement qu’elles y trouvent sécurité et nourriture dans les longs couloirs qui serpentent sous ces blocs d’herbes denses.

Car oui, sous cette friche qui paraît complètement inerte, il y a bien souvent du monde !

Que ce soit en rivière, en gravière ou encore en lac, à condition de respecter certaines règles de bon sens, pêcher au cœur même des gros massifs d’herbiers peut parfois rapporter gros !

Comment pêcher les herbiers ?

Entrez dans la « Weed Zone » !!!
Les Herbiers sont toujours plus présents dans nos eaux, et les carpes adorent si réfugier…

En premier lieu, lorsque l’on pêche en pleine jungle, l’utilisation d’un bateau me paraît primordiale.

Déjà pour assurer une dépose précise du montage, mais aussi est surtout pour assurer au maximum la mise à l’épuisette des poissons, car dans certaines conditions, la densité de la végétation est telle qu’il est absolument impossible de pouvoir imaginer faire quoi que ce soit depuis la berge !

La dépose se fait généralement dans des trouées au milieu de l’herbier. Ces trouées peuvent faire 2 mètres de diamètre, comme 50 centimètres…

Pour aborder cette pêche, j’utilise une ligne solide. Une tresse en 30/100 couplée à une tête de ligne en gros nylon.

On peut imaginer que de pêcher en tresse fine avec un leader pourrait aider à couper les herbiers…

C’est bien sûr vrai lorsque l’on pêche proche d’herbier peu dense… En réalité, lorsque l’on pêche de gros massifs denses, ce n’est pas le cas.

De plus, les herbiers abritent souvent de vieux morceaux de bois ou autres débris abrasifs, la tresse même en gros diamètre ne fait pas le poids. Dans ce cas, seul un gros nylon fera le job.

Pour ce qui est du bas de ligne, privilégier le solide également. J’utilise comme toujours, un bas de ligne rigide et court pour ma part.

Des collègues utilisent des bas de ligne en tresse plus longs et ont de très bons résultats également…

Donc référez-vous juste à votre montage « confiance », du moment qu’il est solide, bien sûr.

J’insiste vraiment sur ce fait !

Comme pour une pêche d’obstacle à proprement parler, si on n’est pas certain de pouvoir sortir les poissons, je pense qu’il vaut mieux s’abstenir que de laisser des laisses à de pauvres poissons tanker. Même si personne n’est infaillible, beaucoup n’appliquent pas encore cette règle simple de bon sens.

Trouver les passages

Entrez dans la « Weed Zone » !!!
Trouver les petites trouées au milieu des massifs d’herbiers et le tour est joué…

D’un point de vue stratégie, comme on essaye, dans cette approche, de pêcher directement sur le trajet des poissons, la pêche au spot avec une simple poignée d’appâts sur le montage fait bien souvent l’affaire.

Lorsque l’on a du temps devant soi (48 heures ou plus), l’amorçage fragmenté est également terriblement efficace !

On peut dans les bonnes conjonctures optimiser sa pêche en amorçant entre 5 et 8 troués/spots et en tournant dessus jusqu’à trouver les 2, 3, ou 4 meilleurs.

Car bien sûr, elles ne se valent pas toutes. A vous de trouver les bonnes.

L’avantage également d’amorcer de petites zones de tenue et ou de passage, c’est que dans la grande majorité des cas les quantités n’ont pas besoin d’être importante.

Un montage en single suffit parfois à intercepter un poisson.

Entrez dans la « Weed Zone » !!!
Il est important d’avoir pleinement confiance en ses appâts pour s’occuper pleinement du reste !

Les départs sont généralement timides ou brefs, lorsque celui-ci se produit, il vous suffira de vous déplacer jusqu’au-dessus du poisson en bateau en gardant une légère tension dans la ligne, mais sans tirer.

Ça ne servirait strictement à rien hormis à faire encore plus paniquer le poisson qui s’enfoncera encore davantage dans les herbiers.

Dans 90 pourcents des cas la carpe s’est réfugiée dans le massif et attend sagement.

Une fois à l’aplomb du poisson, pas de panique si tout vous semble coincé, il vous faudra attraper la tête de ligne à la main et tirer très lentement, mais de manière soutenue pour faire monter très doucement un énorme tas d’herbes coincé autour du plomb avec, dedans ou juste en dessous, votre cadeau.

Être deux est un réel atout dans ces conditions, l’un s’occupant de la ligne et l’autre de la dérive du bateau à cause du vent ou du courant. Surtout que le moteur électrique est difficilement utilisable dans les herbiers…

Entrez dans la « Weed Zone » !!!
Carpe miroir prise au milieu de la jungle dans 2 mètres d’eau en plein hiver !

Vigilance accrue…

Une fois le tout à la surface, bien souvent rien ne bouge, il faut donc essayer de retirer un maximum d’herbe sur la ligne pour que le tout rentre dans le filet !

Méfiance en revanche si le poisson voit la lumière au fur et à mesure que vous le débarrassez de l’herbe qui l’entoure, car c’est à ce moment-là qu’il essayera de fuir en force en replongeant dans l’herbier.

Si vous êtes seuls, garder le frein desserré ou le pick-up ouvert pour éviter toute déconvenue.

La mise à l’épuisette est souvent délicate et le fait d’être deux, est encore une fois vraiment confortable à cet instant ! Dans tous les cas faites preuve de patience.

Vous l’aurez compris, les amateurs de gros combat seront déçus, car ils sont en réalité bien souvent inexistants.

Qu’il s’agisse d’un poisson de 10, 20 kilos ou plus, la procédure est souvent la même et il faudra déballer votre cadeau surpris dans l’épuisette, et je trouve que de temps en temps, ça a son charme !

Plus subtile qu’elle y paraît !

Entrez dans la « Weed Zone » !!!
Quand tout se passe bien !

Cette pêche peut sembler grossière et bourrine, mais en réalité, même si elle demande de pêcher avec des matériaux solides, elle vous demandera de faire part d’une grande finesse dans la dépose des montages et pour l’extraction des poissons pour devenir un tant soit peu efficace.

En tout cas, cette approche, même si elle est relativement éprouvante, est passionnante et m’a permis de prendre de nombreuses carpes, et de très belles !

De plus, ces zones plus ou moins grandes sont encore rarement pêchées. La grande majorité de carpiste préfère pêcher la limite des massifs, c’est d’ailleurs une approche qui fonctionne encore très bien !

Mais sur des eaux complètement enherbées ou qui subissent une pression de pêche importante, placer au moins une canne dedans est un moyen sérieux pour faire la différence.

Je ne prétends pas que c’est la technique ultime, mais pour l’avoir beaucoup pratiquée, avec un peu d’expérience et de technique, elle est très efficace.

A condition d’oser pêcher de manière un peu moins conventionnelle…

Entrez dans la « Weed Zone » !!!
Trésor caché !

 

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------
Bouton retour en haut de la page
Chargement...
X
X