Sessions - Récits

Le bon timing

Julien Margot

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

On ne peut pas vraiment dire que l’année 2020 a été une saison prolifique pour notre passion.

Entre les longues semaines de confinement, les températures caniculaires, la sécheresse et le reste, la solution pour espérer faire des sessions euphoriques était d’être dans le bon timing…

Le confinement aura lourdement pesé moralement sur l’ensemble de la population, et quoi de plus normal pour tous les passionnés que nous sommes.

Nous nous sommes donc empressés de rejoindre le bord de l’eau une fois celui-ci terminé… temporairement malheureusement, car le cauchemar allait prochainement recommencer !

Pour mon cas, je suis parti plusieurs fois entre le printemps et l’été sur un lac géant, avec à chaque fois des résultats convenables, avec notamment les prises de plusieurs poissons de plus de 20kg.

Mais tous mes espoirs, étaient mis sur cette session d’octobre, là encore sur mon géant préféré.

Au programme : 15 jours non-stop, sur deux postes différents, dans le but de faire tomber un gros poisson.

Quelques jours avant mon départ en session, un changement brutal des conditions météorologiques eut lieu.

Chutes des températures, vents forts, pluie, bref un point plus que positif pour que la confiance soit au maximum, car comme nous le savons, ce genre de dépression est une aubaine pour une session en grand lac.

En grand lac, pour réussir nous sommes tributaires des conditions météo et pour enchaîner des poissons comme celui-ci, il faut travailler dur mais aussi avoir la chance d’être dans le bon timing !

Acte I

À mon arrivée sur le lac, les conditions étaient pour le moins, exécrables. De la pluie non-stop, le tout agrémenté par des rafales de vent assez violentes, le top pour la pêche, mais à condition d’avoir une bonne logistique et d’être bien rodé à cet exercice, pour que le moral et le physique ne soit pas trop impacté, ce qui peut vite être le cas dans cette situation.

Une fois le secteur passé au peigne fin grâce au repérage et l’échosondeur, la stratégie est définie et il est temps de tout mettre en place.

Les cannes sont déposées avec le plus grand soin et la première touche n’a pas traîné !

Quelle satisfaction après de nombreux efforts d’enregistrer si vite une première touche dans ce type de lac !

Les poissons se sont d’ailleurs enchaînés sur les premiers jours, pour finalement devenir de plus en plus rare jusqu’à ce que le lac se mette sur « off » pendant presque 24h.

L’activité a repris ensuite, mais il était temps pour moi de changer de poste, pour la deuxième semaine.

La première moitié de la session s’est soldée avec 28 touches pour 3 poissons de plus de 20kg, le job était déjà fait, mais l’objectif de faire un « vrai » gros poisson était encore à remplir. Je savais que pour y parvenir, je devais aller voir ailleurs.

Après un premier confinement frustrant, quel plaisir de retrouver la joie de pêcher mon géant préféré !

Acte II

Après une longue traversée en bateau pour rejoindre le second poste, il me tardait de remettre les lignes à l’eau.

Toujours autant de pluie, autant de vent, mais vu que cela c’était avéré prolifique jusque-là, je ne devais pas me plaindre et comme on dit, « ça en vaut la chandelle ».

Nouveau poste, nouveaux espoirs, et alors que la première touche retentit, la pression monte !

Le combat fut intense, le poisson essayant de rejoindre les obstacles, je me devais de gagner le rapport de force.

Au fur et à mesure du combat, je sentais que c’était du sérieux, et que l’objectif était sûrement là… Et quand celle-ci rentra enfin dans l’épuisette, ce fut effectivement confirmé !

Mon changement de poste pour la deuxième semaine est concluant avec de nombreux jolis poissons !

Une commune massive de 27,400kg venait lancer la deuxième semaine de la plus belle des manières !

Toujours sous une pluie battante et un vent soutenu, de nombreux poissons d’un poids moyen élevé ont agrémenté mes jours et mes nuits, me rapportant un total environ 40 touches à la fin de ses deux semaines, pour quatre poissons de plus de 20kg.

Mon objectif était largement atteint et j’ai pu vivre un grand moment d’évasion, une bouffée d’oxygène pour sortir de cette folie dans laquelle nous vivions depuis plusieurs mois…

J’ai travaillé dur pour y parvenir, mais une chose est sûre, j’étais tombé dans le bon timing…

Une session que je ne suis pas prêt d’oublier !
-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------
Bouton retour en haut de la page
Chargement...
X
X