Culture CarpeTests & Matériels

Le seigneur des anneaux ?

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

de Philippe Lagabbe

Désolé pour les fans de Tolkien même si certains lacs sont habillés des mystères de l’empire du milieu mais force est de constater que les anneaux d’une canne à carpe détiennent certains pouvoirs.

Après une dizaine d’années d’interruption pour me consacrer presque exclusivement à la photographie et à un moindre degré à la pêche au coup et à l’anglaise, je replonge avec délices dans la poursuite des ombres lourdes.

Au bout d’une longue réflexion, d’analyses diverses et forcément beaucoup de recul il fallait que je fasse l’acquisition de bâtons qui crachent le feu et c’est ainsi que les cannes Orient Power Plus version 2020 conçues par Leon Hoogendijk et distribuées par Pacific Pêche sont devenues les outils de carbone qui me permettent de reconstruire mon propre univers où je l’avoue les notions de plaisir et plénitude sont primordiales.

Le seigneur des anneaux ? Philippe Lagabbe | CARP LSD LE MAGAZINE CARPE

La seule faille de mon choix est d’ordre sentimental et pour rester fair play je reconnais l’attrait des Banana Rods ou la réalisation de cannes sur mesure par des artisans.

Dans le passé j’ai été concepteur de cannes à carpe et je me suis laissé dire que l’Obsession à l’époque distribuée par la société SERT, est entrée dans la légende, ainsi il fallait que j’utilise une autre légende qui plus est porteuse de la signature d’un ami de longue date.

Je me souviens de ma première rencontre avec Leon il y a plus de trente ans et vous comprendrez aisément qu’aujourd’ hui puisse être spécial, comme si une boucle (un anneau ?) se refermait et qu’une autre commençait.

Après une investigation style FBI je comprends que Leon a osé se passer des sacro saints anneaux Fuji qui font référence et qu’il n’a pas succombé aux sirènes de la mode qui réclament par exemple un anneau de départ d’un diamètre de 50 mm.

Le choix des anneaux KIGAN qui sont montés sur les blanks Toray de l’Orient Power Plus 2020 est une excellente décision.

Le seigneur des anneaux ? Philippe Lagabbe | CARP LSD LE MAGAZINE CARPE

KIGAN est une société Sud-Coréenne fondée en 1978.

Au fil des années et d’investissements conséquents pour la technologie, la société certifiée ISO 9001 et 14001 est appréciée dans 50 pays et elle innove puisque par exemple elle est la première à développer l’application de la technologie du revêtement ionique plasma, une méthode de fabrication d’anneaux en 3D ou encore la fabrication d’anneaux triangulaires (!) permettant de réduire le coefficient de frottement.

Les anneaux haute gamme d’une canne à carpe sont le fruit d’une technologie de pointe et d’une technicité insoupçonnée mariant aussi bien les matériaux employés que les procédés de fabrication.

Après de longues recherches, tests et essais, et compte tenu de l’emploi intensif de la tresse en corps de ligne, l’anneau de départ KIGAN ZD, d’un diamètre de 40 mm monté sur l’Orient Power Plus 2020 aide à prévenir l’emmêlage grâce à l’angle de l’anneau et une conception particulière.

La relation entre les pattes d’un anneau et la bague de guidage peut créer des interférences, un phénomène éradiqué par KIGAN par le biais d’une méthode de construction qui permet de concevoir les pattes séparément de l’anneau de guidage.

Même si la ligne s’emmêle, grâce à la géométrie de l’anneau elle se démêlera naturellement par inertie.

Les recherches et l’emploi de caméras haute vitesse pour observer le comportement du corps de ligne lors de son passage dans les anneaux ont permis d’améliorer aussi l’anneau de tête non seulement en appliquant un angle particulier à la bague mais en privilégiant un brasage latéral plutôt qu’une soudure conventionnelle.

Le seigneur des anneaux ? Philippe Lagabbe | CARP LSD LE MAGAZINE CARPE

Sur l’Orient Power Plus 2020 en 13 pieds 3,5 lbs le diamètre de l’anneau de départ est de 40 mm et certains souhaiteraient un diamètre de 50 mm sous prétexte qu’on peut gagner quelques mètres en distance de lancer.

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

Il faut voir plus loin que le scion de sa canne et ainsi comprendre le choix du concepteur.

Pour simplifier, la répartition des anneaux sur une canne doit répondre à des critères bien précis comme le nombre d’anneaux et la configuration des différents diamètres de ces anneaux.

Une fois de plus pour faciliter la compréhension et sans vouloir rentrer dans trop de détails un anneau de départ KIGAN ZD de 50 mm n’a pas la même hauteur qu’un anneau de 40 mm, la différence est de l’ordre de deux centimètres.

Le seigneur des anneaux ? Philippe Lagabbe | CARP LSD LE MAGAZINE CARPE

Le diamètre de l’anneau de départ est loin de là l’ultime critère pour atteindre des distances qui sont souvent la preuve que le syndrome de la berge d’en face existe alors qu’on peut prendre des carpes dans nos godasses.

Il faut par exemple que tous les anneaux soient parfaitement alignés et c’est la raison pour laquelle certains rod builders utilisent un laser.

L’idéal étant d’obtenir une conicité quasiment parfaite des lèvres de la bobine du moulinet jusqu’aux arêtes de l’anneau de scion.

Pour contrer la torsion d’un blank pendant le lancer, le fameux torque qui est un anglicisme pour exprimer la force d’un moment, et pour obtenir plus de précision au lancer on peut monter six anneaux soit une configuration classique à l’opposé du nerf du blank.

Cependant une certaine configuration et un choix particulier d’anneaux permet de réduire presque la totalité de l’effet de torsion, que ces anneaux soient montés sur le nerf du blank ou à l’opposé.

C’est dire que les anneaux ont une importance capitale souvent omise dans les conversations entre carpistes qui focalisent plus sur le blank.

Un peu comme les célèbres rod builders Anglais Bruce & Walker ou Simpsons of Turnford qui, il y a plus de trente-cinq ans, ont développé les cannes à carpe Hexagraph en montant à la main des facettes sur le blank pour réduire son ovalisation lors de la compression de la canne.

Le seigneur des anneaux ? Philippe Lagabbe | CARP LSD LE MAGAZINE CARPE

Quand il s’agit de gagner quelques mètres en distance de nombreux paramètres rentrent en jeu.

On admet communément qu’une 13 pieds lance plus loin qu’une douze pieds encore faut-il que la distance entre l’anneau de départ et la bobine du moulinet soit optimale ce qui induit aussi que le diamètre et la forme de la bobine du moulinet jouent un rôle non négligeable et que la bobine soit correctement remplie.

Bien évidemment interviennent les capacités du lanceur et les techniques de lancer mais aussi la qualité des lignes employées que ce soit du Nylon ou de la tresse et même la qualité du nœud de raccord entre une tête de ligne et un corps de ligne qui par sa relative finesse va permettre de gagner quelques mètres en distance en fonction toutefois de son degré d’usure.

Si le reste suit à savoir un montage plus ou moins aérodynamique et un poids de plomb optimal pour la canne et le lanceur alors on a déjà fait un grand pas.

Pour résumer et chose que vous avez tous constaté pour la bagnole du voisin, rien ne sert d’avoir un tigre dans le moteur s’il y a un âne au volant.

Dans la conception d’une canne à carpe haut de gamme il y a un facteur non négligeable.

Il faut qu’elle puisse se vendre, comprenez par là qu’on ne puisse acheter une Bugatti Veyron au prix d’un Kangoo.

Fort heureusement le concepteur soucieux de sa réputation, le fabricant, le vendeur savent trouver le meilleur compromis et il est assez lointain le temps où les anneaux d’une canne pouvaient coûter plus cher que le blank.

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

Le seigneur des anneaux ? Philippe Lagabbe | CARP LSD LE MAGAZINE CARPE

Pour un certain équilibre de la canne et par extension son coût, l’argument du nombre et du poids des anneaux est avancé.

C’est absolument recevable et le jeu d’anneaux de l’Orient Power plus 2020 pèse 31 grammes. Avec un anneau de départ 50mm, le jeu complet en KIGAN aurait pesé 50g (soit 19g de plus)

Avec un jeu Fuji SIC K-frame de même diamètre on atteindrait 57g, soit 26g de plus.

Lors d’un lancer, la force de l’inertie de ces 26g supplémentaires semblable à une forme de balourd peut ralentir un peu le redressement du blank, ce qui se traduit par une légère perte de nervosité.

C’est une perte d’énergie qui n’est pas transmise au plomb lors de sa propulsion.

Donc, oui, avec un jeu d’anneaux plus léger on ne gagne pas seulement en confort mais on gagne aussi un peu en nervosité et par conséquent en distance de lancer.

L’armature des anneaux KIGAN qui habillent l’Orient Power Plus 2020 est en acier inoxydable avec un revêtement très spécial.

Cette armature n’a quasiment pas de mémoire ce qui est très important compte tenu des sollicitations subies par la canne au lancer ou pendant un combat avec le poisson.

Alors pourquoi pas en titanium me direz-vous ?

Le titane utilisé entre autres dans l’industrie médicale, optique ou aérospatiale est très cher et pour donner un ordre d’idée de l’importance de ce métal le titane est considéré comme l’une des huit matières premières stratégiques indispensables en temps de guerre comme en temps de paix.

Un jeu d’anneaux Fuji K Titanium Torzite avec les mêmes diamètres de l’Orient Power pèse 21 grammes et coûte plus de 230 €.

Admettons maintenant que KIGAN puisse fournir ce type d’anneau, ce qui n’est pas le cas contrairement à ce qu’on pourrait croire et bien on gagnerait 10 grammes et un ou deux (?) mètres en distance et le prix lui ferait un bond vers les 600 Euros pour une canne.

Est-ce bien raisonnable ?

Ce qui est raisonnable c’est le compromis validé par Leon et le distributeur et si j’ose dire le rapport performance/prix.

Le seigneur des anneaux ? Philippe Lagabbe | CARP LSD LE MAGAZINE CARPE

En 1995, KIGAN a appliqué pour la première fois le revêtement plasma ionique, une technique réalisée en chambre vide qui est une enceinte dans laquelle l’air et d’autres gaz sont éliminés.

À la fin du processus au plasma l’anneau KIGAN a une nette amélioration de sa résistance à la corrosion, à l’abrasion, de sa dureté, de son coefficient de frottement et de sa conductivité thermique.

Des paramètres très importants surtout si on utilise de la tresse en corps de ligne.

La bague de guidage de l’anneau KIGAN ZD n’échappe pas au progrès.

Elle est en zirconium, un métal extrêmement résistant à l’oxydation, à la corrosion et ne pouvant être corrodé par les acides.

En raison de ses excellentes propriétés aux températures élevées le zirconium est utilisé dans la construction des réacteurs nucléaires ou encore dans l’industrie optique puisque son oxyde est utilisé pour le traitement des verres de lunette contre les rayures.

Parmi les nombreux domaines d’application le zirconium est aussi utilisé pour la fabrication de couteaux céramiques Japonais dont les lames plus légères et plus résistantes aux acides et à la chaleur conservent leur tranchant plus longtemps.

Le zirconium haute pureté de KIGAN est similaire au diamant qui est la structure la plus dure sur terre.

Le seigneur des anneaux ? Philippe Lagabbe | CARP LSD LE MAGAZINE CARPE

Pour un anneau une des priorités est une excellente résistance à l’abrasion combinée à d’autres facteurs très importants comme sa dureté, son coefficient de frottement et de glisse et sa conductivité thermique.

Cette dernière pouvant être illustrée par nos sensations aux doigts lors du remplissage d’une bobine de moulinet.

KIGAN après de nombreux essais mais aussi grâce à la mise en place d’un procédé qui augmente la dureté de surface a déterminé que le zirconium a des propriétés plus souhaitables que le SIC (carbure de silicium) qui fut très longtemps la norme pour les anneaux haut de gamme.

La seule concurrence valable face à un anneau KIGAN en zirconium est à mon humble avis l’anneau en torzite de chez FUJI ce qui situe le degré de qualité atteint par KIGAN et la pertinence du choix de Leon.

Le seigneur des anneaux ? Philippe Lagabbe | CARP LSD LE MAGAZINE CARPE

Lorsque j’ai conçu la canne Obsession il y avait une série limitée avec des anneaux Fuji Gold Cermet (Or, céramique métal).

C’est l’esthétique qui primait et je peux comprendre qu’on puisse qualifier le résultat de bling bling mais je pense que j’aurai peut-être craqué pour une version de l’Orient Power au blank couleur bleu holographique avec des anneaux bleus d’autant plus que KIGAN applique un revêtement ionique super dur à ce type d’anneau qui réduit le coefficient de frottement.

Mais bon…

Leon voulait conserver une touche old school et compte tenu que pour savoir où on va il faut savoir d’où on vient ça me convient parfaitement.

Le seigneur des anneaux ? Philippe Lagabbe | CARP LSD LE MAGAZINE CARPE

 

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------
Afficher plus

Articles liès à la même thématique

Bouton retour en haut de la page
Chargement...
X
X