Actus - Infos

Danger sur le lac du Der !

de Fabrice Duhamel

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

Aujourd’hui, qui ne connaît pas le lac du Der, cette vaste étendue d’eau de 4800 hectares, devenue mythique dans les années 90 grâce à ces nombreuses carpes « à bosse » ?
Mise en eau en 1974, le lac du Der-Chantecoq est situé à cheval sur les départements de la Marne et de la Haute-Marne.

C’était, à l’époque, un drame pour les habitants de 3 villages qui se sont vu expatrier leurs maisons, leurs fermes, leurs terres. En effet, il a été décidé d’inonder la vallée où se situaient leurs habitats pour créer ce qui deviendra l’un des plus grands lacs artificiels d’Europe.

Son rôle ? Réguler le débit de la rivière Marne afin d’éviter, entre autres, les crues de la Seine à Paris.

Danger sur le lac du Der ! | CARPLSD
Les carpes « à bosses » qui ont fait la renommée du lac du Der !

Quarante-cinq ans plus tard, un autre drame est en projet

Le lac est (malheureusement) situé dans un point stratégique pour l’activité nucléaire. En effet, selon le « porteur » du projet, 70% de ses clients se trouvent dans un rayon de 500 kilomètres du site choisi.

Un projet lié au nucléaire est en passe de voir le jour d’ici 2 ou 3 ans. Ce site se situera à une petite quarantaine de kilomètres en amont du lac et menace ce dernier d’être contaminé par la radioactivité via la rivière Marne.

Le Der se remplit grâce à la Marne puis relâche l’eau dans cette même rivière plus en aval. La Marne est, rappelons-le un affluent de la Seine qui traverse Paris et qui se jette dans la mer du côté du Havre.

Danger sur le lac du Der ! | CARPLSD
La Marne est un affluent de la Seine

Le projet

La société américaine Unitech a pour projet d’implanter une blanchisserie et un bâtiment de décontamination de matériels radioactifs sur le site de Suzannecourt, à côté de Joinville, dans le département de la Haute-Marne.

Cette commune est également proche de Bure, là où devrait s’implanter un centre d’enfouissement de déchets radioactifs. Finalement, ce projet ne ferait-il pas parti d’un souhait de nucléarisation du département ?

Cette laverie aura pour objectif de laver et décontaminer du linge radioactif, provenant des sites nucléaires de France, mais aussi d’autres pays d’Europe. La quantité ? 1990 tonnes à laver par an dont 70% de ce linge sera plus ou moins radioactif.

Unitech avait déposé la demande d’autorisation d’exploitation et de permis de construire en janvier 2018. Bien sûr, les associations écologistes sont montées au créneau ainsi que de nombreux habitants locaux ! Des plaintes ont d’ailleurs été déposées.

Danger sur le lac du Der ! | CARPLSD
La future laverie de la société Unitech

 

Le lavage du linge radioactif

Le process est simple : la dilution de la radioactivité par plusieurs cycles de lavage.
Cela pose plusieurs problèmes : Prélèvement de très grandes quantités d’eau (300 mètres cube par jour d’eau potable – nappe phréatique).

Pour info, cet été la Haute-Marne a été en alerte sécheresse avec restriction d’eau. Ensuite, traitement et rejet de l’eau contaminée. Sans parler des quantités de détergents utilisés pour le lavage qu’elle contiendra…

Que vont devenir les eaux usées ? Le projet mentionne un rejet dans… La rivière Marne ! Ben oui, pourquoi faire compliquer ?

Des signes inquiétants

Après de nombreuses recherches, j’ai pu relever beaucoup de points me paraissant plutôt suspicieux.
Au commencement : Annonce d’un projet de « laverie industrielle » sans préciser la mention « nucléaire ».
Evaluation précise des dommages sur l’environnement par des experts indépendants refusée par l’état.

Rétention d’informations et mutisme des administrations publiques. En effet, des lettres envoyées par les différentes associations à des instances administratives locales et nationales visant à obtenir des précisions sur les impacts sanitaires et environnementaux sont restées sans réponse.

Refus de communication de documents contenants des informations environnementales et cela, malgré l’avis favorable de la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA).
Refus de la préfète de rencontrer « l’opposition ».

Avis très défavorable d’un scientifique, Mr Thuillier, après étude du dossier de 1600 pages présenté par Unitech sur la blanchisserie. Il annoncera lors d’une réunion publique, une totale incompatibilité avec un environnement sain.

Mise en place d’une enquête publique en décembre 2019 : 87% d’avis défavorables… En juin 2020, la préfète de Haute-Marne donne son accord d’exploitation juste avant de quitter son poste (je n’ai pas de mots).

Quel impact pour le lac du Der ?

Loin de moi l’envie d’être alarmant, mais quand même, des risques existent.
Le lac est alimenté en eau par la Marne via un canal d’amené. Donc, c’est très simple d’imaginer qu’il se remplira d’eau contaminée si le process n’est pas optimal. Puis, cette eau est rejetée dans la Marne par un canal de restitution.

Le pire des scénarios possibles serait une mortalité de la faune aquatique (et donc des carpes) et j’imagine bien que la pêche pourrait être interdite pour « site dangereux » car radioactif.

Le Der est quand même le deuxième site le plus visité du département après la cathédrale de Reims avec plus d’un million de visiteurs par an. C’est toute une économie qui va s’écrouler.

Je connais un habitant d’un village riverain du lac qui c’était vu expatrier sa maison pour la création du Der. L’arrivée de cette blanchisserie est, pour lui, une double peine !

Mais bon, je suis sûr que nos chères « têtes pensantes » sont absolument certaines qu’il y aura zéro pollution et qu’ils acceptent un tel projet sans avoir de profit personnel et politique…

Danger sur le lac du Der ! | CARPLSD
Les canaux reliant le lac du Der à la marne

Pour autant, j’ai pu échanger par écrit avec des pro nucléaires qui, pour eux, il n’y aura aucun problème, car je cite : « Si vous viviez dans la blanchisserie H24, vous prendriez 5µS/an de radioactivité, soit l’équivalent de la radioactivité contenue dans 50 bananes. Il y a plus de risques à boire de l’eau dans un verre qui a été posé sur une table en granit. »

Ou encore : « L’ingestion de 20 Bq de potassium 40, qui est la quantité typique dans une banane, induit une dose de l’ordre de 0,1 µSv. Donc, l’impact de 5 µSv/an de la blanchisserie peut être assimilé à 50 DEB/an. Une banane par semaine la question est vite répondue. »

Je veux bien les croire, mais je n’ai pas connaissance de ces chiffres concernant la future laverie. De plus, si ces données sont celles annoncées par Unitech, sont-elles exactes ? Peut-on faire confiance à une entreprise qui a tout intérêt à minimiser les répercutions qu’il peut y avoir et qui a des antécédents peu glorieux en Amérique ou encore au Royaume-Uni ?

Bref, je n’ai personnellement aucune confiance en ce projet ni aux acteurs de ce qui pourrait être une catastrophe sanitaire et environnementale annoncée.

Je n’ai aucune envie de voir le projet se réaliser pour vérifier concrètement s’il n’y a vraiment aucun risque. J’ai donc signé les deux pétitions qui circulent et je vous invite à faire de même, car nous ne devons pas nous laisser empoisonner ni détruire notre patrimoine halieutique uniquement pour une histoire de business.

Cela ne prend que quelques secondes et c’est la première chose que des passionnés comme nous tous pouvons, devons faire.
La deuxième chose à faire : Partager au maximum cet article sur tous les réseaux sociaux !

Merci pour le lac.

Pétition « Touche pas à mon lac » de l’association « Collectif contre Unitech » qui demande 30000 signatures (à l’heure où j’écris ces lignes, il y a 19045 signatures) :
https://touche-pas-a-mon-lac.wesign.it/fr?fbclid=IwAR05kJjkRfgdDGqRjhqsev9SBqsl2mGZ7lqcK9lIB-GEP-wkdo7MWr_DbGo

Pétition de l’association « Joinville lave plus propre » où il faudra 5000 signatures (il y en a déjà 3065 signatures) :
https://www.change.org/p/secretariat-ccbjc-orange-fr-non-%C3%A0-la-blanchisserie-nucl%C3%A9aire-unitech-%C3%A0-joinville-en-haute-marne

MAGAZINE CARPE EN MODE AUDIO

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------
Bouton Haut de page
Chargement...
X
X