Sessions - Récits

Un morceau de la vieille Angleterre

Simon Crow

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

Bien que j’aime aller pêcher n’importe où, je dois dire que j’ai un penchant pour cibler les carpes dans les anciennes eaux historiques de l’Angleterre.

Malheureusement, je vis dans le nord du pays, il n’est donc pas aussi facile de pêcher dans les eaux bien connues de la Colne Valley, qui pour moi se situent à plus de quatre heures de route.

Au lieu de cela, je passe pas mal de mon temps sur les eaux moins connues du nord, dans le Yorkshire et ses environs.

Un endroit en particulier dont je suis devenue membre du syndicat au mois de juin 2018 est une ancienne gravière près de Lincoln.

J’avais hâte d’obtenir un permis pour ce lac depuis quelques années. En 2017, on m’en avait proposé un, mais j’avais fini par le refuser parce que je savais que je n’aurais pas le temps d’y pêcher cette année-là.

Je me sens toujours coupable de rejoindre un syndicat et de ne pas la pêcher car cela prend la place de quelqu’un d’autre.

Des carpes âgées de 50 ans !

Le lac en question est situé très proche d’une voie ferrée très fréquentée. Il a été pêché pendant près de quarante ans, et dans ses jours de gloire hébergeait une miroir de plus de quarante livres qui était un poisson énorme pour le nord.

De nos jours, la population est constituée d’une cinquantaine de poissons, tous des carpes marquées par le temps et difficiles à tromper.

Une douzaine d’entre elles pèsent plus de trente livres, mais ce n’est pas tant la taille qui intéresse les pêcheurs ici, c’est ce que les carpes représentent sur le plan historique.

Certains des poissons les plus anciens ont près de cinquante ans et, l’eau étant limpide, ils sont de couleur très foncée, ce qui les rend très désirables pour le carpiste nordique.

D’une superficie de près de 4 hectares, le lac présente de nombreuses caractéristiques sur sa longueur étroite. C’est un lieu magnifique avec une forêt mature entourant les deux côtés, une moitié jonchée d’arbres tombés qui attire naturellement les carpes.

Un morceau de la vieille Angleterre Simon Crow
Un vieux lac dans le nord de l’Angleterre…

Des conditions propices…

À cause de mon emploi du temps trop chargé (changement de travail et déménagement) en 2018, je n’avais pas eu le temps de pêcher, ni même de visiter le lac avant le début du mois de septembre.

Cependant, j’avais hâte d’y tremper mes lignes quand les conditions seraient propices vers le milieu du mois. Un front de basse pression était sur le point d’arriver, accompagné de forts vents d’ouest, de bruine légère et de températures chaudes pendant la nuit.

Mon expérience m’a dit que le timing devrait être bon, je débordais de confiance. La seule chose qui m’embêtait, c’est que je ne savais rien du lac et qu’il n’y avait personne d’autre à la pêche !

Après quelques visites rapides, mon attention était attirée par deux postes en particulier. Les deux avaient des poissons à proximité, cachés sous des obstacles.

Finalement, j’ai opté pour celui où j’ai vu les plus beaux spécimens. Je savais que l’appât que j’utilisais – SLK – plaisait aux gros poissons et une fois que j’étais installé pour la première nuit, je savais juste que quelque chose allait se passer.

Mes trois lignes étaient tendues en direction des obstacles à des profondeurs variables. Une dans 90cm d’eau, une autre dans 1,20m et la troisième en bas d’une cassure dans 1,80m de profondeur.

J’avais fait le tour à pied et étalé 5kg de bouillettes de 20mm dans et autour des obstacles. Le plan était de pêcher avec les trois cannes sur cette zone, chacune avec des esches identiques à l’amorçage.

Mes montages étaient très simples avec des hameçons de taille 6 sur des bas de lignes Avid Captive et des plombs de 112g.

Un morceau de la vieille Angleterre Simon Crow
Prêt pour ma première nuit de pêche. J’étais loin de me douter de ce que le destin me réservait…

Les hostilités peuvent commencer…

La première nuit s’est passée sans la moindre touche. J’ai été surpris de ne rien avoir attrapé, mais à 10h30 j’ai eu une touche retour et j’ai pris une miroir d’environ 25lb.

Après cette capture j’étais confiant pour la suite. Le temps était parfait pour faire tomber des gros poissons, c’était sûrement juste une question de temps.

Quand je me suis couché le soir, je me sentais nerveux. Deux autres carpistes s’étaient installés sur le lac pour faire la nuit. L’un d’eux m’avait raconté comment il traquait depuis un bon moment un poisson appelé Arnie, après avoir attrapé pratiquement toutes les autres carpes du lac. Arnie était une commune et connue pour se faire prendre à l’endroit exact où je pêchais.

Quel coup de chance ce serait d’attraper ce poisson lors de ma première session, ai-je pensé. Je suppose que je pourrais rêver, comme le font tous les carpistes.

Je n’ai jamais pensé que cela arriverait un jour, mais le lendemain matin, juste à la première lumière, ma ligne de droite s’est tendue un peu et j’ai été réveillée par un seul bip.

J’ai ferré et tout de suite su que c’était un bon poisson car il a presque arraché la canne de mes mains dans le but de foncer vers les obstacles.

J’avais serré le frein et la canne était pliée au maximum pour contrer le poisson. Heureusement, cela a fait l’affaire et le poisson a dévié vers la droite.

J’ai combattu les dix minutes suivantes ce gros poisson au bout de ma ligne. Il a foncé plusieurs fois dans des herbiers dans le but de se libérer de l’hameçon.

Quand il est finalement monté en surface, j’ai pu voir que c’était une énorme commune, presque trop longue pour tenir dans l’épuisette !

Heureusement le poisson est rentré dans le filet, alors que j’ai glissé son long corps à l’intérieur avant de soulever l’épuisette pour y insérer sa queue en toute sécurité.

Ça devait être Arnie !

Un morceau de la vieille Angleterre Simon Crow
Voici Arnie. Elle n’avait pas été capturée depuis 12 mois…

Elle était si longue qu’elle tenait tout juste dans le sac de pesé. L’aiguille du peson est montée à 36lbs. D’après l’autre carpiste sa dernière capture remontait à 12 mois pour un poids de 35lbs.

Je me suis senti extrêmement chanceux, et juste au moment où je l’ai remis à l’eau, prêt à trier mon équipement photo, j’ai eu une touche sur ma canne centrale !

La ligne se tend à l’extrême quand un poisson lourd monte en surface juste devant les obstacles. Celui-ci fait tout le contraire d’Arnie, il se retourne et vient lentement vers moi puis se débat un peu sous le scion avant de monter et de glisser dans le filet.

C’était un autre gros poisson, mais cette fois une vieille miroir bien noire avec des cicatrices sur les flancs.

Quand j’ai rejoint le syndicat, il y avait quelques poissons que j’avais envie de prendre sur ma liste et l’un d’eux était ce poisson !

Connu sous le nom de Sergeant, il dépasse tout le temps les 30lbs, et à cette occasion, il pesait 34lbs et était en bonne santé. Je n’aurais pas pu m’imaginer un meilleur début pour ma première session sur ce lac.

Ma deuxième matinée m’avait apporté deux des poissons les plus recherchés, dont l’un était certainement la plus grosse commune du lac.

J’avais hâte de revenir la semaine suivante, dans l’espoir de croiser d’autres poissons impressionnants de ce lac.

Un morceau de la vieille Angleterre Simon Crow
Voici un poisson nommé Sergeant, avec son look préhistorique…

Retour payant

Pour la session suivante, les conditions semblaient parfaites pour les trois jours que j’avais devant moi. La pluie a continué à tomber doucement dans la région et il y avait une belle brise du sud-ouest.

En arrivant le dimanche soir, après que les pêcheurs du week-end avaient plié, j’avais le sentiment que le lac réagirait positivement à la baisse de la pression de pêche.

Durant le week-end, il y avait pas mal de monde et il ne s’était pas pris grande chose.

Comme lors de la première session, j’ai fait un rapide repérage de la berge opposée pour voir s’il y avait des poissons.

Cette fois, il y en avait pas mal sur un poste appelé Polo, alors je m’y suis installé. L’un des poissons repérés ressemblait à un qui s’appelle la Trent Mirror et qui est la plus grosse miroir du lac.

Je savais que je ne devais pas demander l’impossible, mais si je pouvais avoir celle-là dans mon album, je serais absolument fou de joie, car elle n’était pas sortie depuis un certain temps.

Mes lignes étaient en place avant la tombée de la nuit, toutes serrées contre le bois mort de la berge d’en face.

C’était la nuit parfaite pour pêcher, la forêt derrière moi était silencieuse et j’étais super confiant. Une pluie légère a commencé à crépiter sur le bivouac alors qu’un poisson lourd a sauté devant. Il faisait trop noir pour le voir mais le bruit qu’il a fait était suffisant pour me dire que c’était un gros poisson.

Lentement, les vagues qu’il a laissées à la surface sont arrivées vers ma berge et j’ai pu deviner où il se trouvait. Il semblait être sur ma canne du milieu !

Je ne peux pas expliquer le sentiment que j’ai ressenti en me couchant ce soir-là en sachant pertinemment que j’allais être réveillé par une touche.

Un morceau de la vieille Angleterre Simon Crow
Ce soir-là j’ai senti qu’il allait se passer quelque chose…

Cela a pris un peu plus de temps que prévu, mais vers 4 heures du matin, la touche est bel et bien arrivée sur ma ligne centrale et j’ai ferré un autre gros poisson.

Je devais agir sur mes sens car il faisait trop noir pour voir ce que je faisais. Le poisson a éclaboussé à la surface alors que le plomb se détachait.

Il ne voulait vraiment pas venir, mais j’ai plié ma canne fermement et je ne lui ai pas donné un pouce. Je pouvais sentir la ligne gratter sur quelque chose.

Le poisson était évidemment entré dans les obstacles. J’ai tiré autant que possible. Le fil s’est enfin libéré, et le poisson s’est dirigé vers l’eau libre, avec juste un herbier à contourner.

J’ai senti que la ligne était bien éloignée de la direction de l’herbier et finalement, en bordure, je pouvais voir la forme d’une longue miroir à la lueur de ma torche.

Mon esprit a commencé à parcourir les photos des résidents que j’avais sur mon téléphone. Presque tous les miroirs étaient courtes et trapues, à part une…

La Trent Mirror ! J’étais en train de rêver ou quoi ?

Un morceau de la vieille Angleterre Simon Crow
La Trent Mirror, le plus gros poisson du lac !

Quelques instants plus tard, le poisson était dans mon filet, et bien sûr, c’était la plus grosse carpe du lac !

Quel coup de chance. Dans certains endroits, vous travaillez si dur pour prendre certains poissons, et dans d’autres, ils semblent tomber du ciel !

Le lac avait la réputation d’être dur mais cette fois c’était à mon tour d’avoir la chance de mon côté. Moins d’une heure plus tard, j’ai pris un autre poisson connu sous le nom de Wrinkly, qui est peut-être la carpe la plus ancienne du lac !

Elle paraissait presque aussi vieille que moi (50 ans !). Avec des excroissances en forme de bernacles sur ses flancs.

C’était un poisson génial et je me suis senti honoré de le tenir dans mes bras. J’ai terminé la session avec un autre doublé de résidents plus petits le lendemain.

Un morceau de la vieille Angleterre Simon Crow
Wrinkly est probablement la carpe la plus âgée du lac !

Jamais 2 sans 3…

J’étais content de la façon dont les choses se passaient. J’étais même sur un petit nuage.

Je n’arrivais pas à redescendre sur terre, alors j’ai prévu trois autres jours de pêche la semaine suivante.

J’ai répété ce que j’avais fait lors des deux sessions précédentes, en commençant par faire le tour du lac et en m’installant sur le poste où j’ai vu le plus de poissons.

Encore une fois, c’était dans le secteur où j’ai étalé 5kg de SLK tout le long du bord des obstacles. Le bruit des appâts qui tombaient dans l’eau avait repoussé les poissons, mais je savais qu’ils reviendraient.

J’avais un peu plus de temps disponible à cette occasion, alors je me suis assis et j’ai regardé. Seulement quelques minutes plus tard, ils sont revenus et ont presque immédiatement commencé à se saisir des appâts.

J’étais comme un enfant à Noël alors que je retournais sur ma berge pour m’installer.

Il n’y avait rien d’extraordinaire dans mon approche. Tout ce que j’ai fait, c’est pêcher dans les zones aux fonds clairs, en serrant mes lignes contre les obstacles et en bloquant mon frein.

Lorsque je grimpais dans les arbres pour avoir une bonne vue, les zones claires se détachaient des fonds noirs environnants.

Elles avaient manifestement été nettoyées par les poissons et étaient probablement les endroits où les poissons entraient et sortaient des obstacles.

Je devais lancer avec beaucoup de précision mais après quelques essais mes trois lignes étaient parfaitement placées.

J’étais dans une phase chanceuse, et ce n’était pas encore fini. Le lendemain, au lever du jour, j’ai fait un autre doublé de 30 livres !

Les gros poissons devaient adorer mes appâts. J’avais maintenant fait 6 des 7 plus gros poissons du lac, et tous ceux que je désirais en venant pêcher ce lac.

Le seul poisson qui reste sur ma « wish list » était « The Woodcarving » (la sculpture en bois).

Ce poisson ne fait pas partie du top dix en termes de taille, mais comme son nom l’indique, en matière de look, il était LE numéro un !

Un morceau de la vieille Angleterre Simon Crow
Trois petites sessions, et trois fois un doublé de 30+ en moins d’une heure !

The Woodcarving est l’une des plus anciennes carpes de la région de Lincoln.

Sa réputation s’étend bien au-delà de la zone locale, et c’est en voyant ce poisson dans un article de magazine que j’ai eu envie de pêcher ce lac.

Il n’avait pas été capturé depuis plus d’un an et son manque d’apparences l’avait enveloppé de mystère. Des rumeurs circulaient selon lesquelles il était décédé.

Cependant, lors d’une promenade autour du lac un après-midi de ma session suivante, je suis tombé sur lui. Il se cachait dans des obstacles.

Il était tout seul, bien loin des autres poissons.

J’ai dû prendre la décision de rester dans la zone où se trouvait la majorité des carpes, ou de partir dans la partie centrale où j’avais vu la sculpture en bois.

Mon intuition me disait de rester sur place, mais je ne me suis pas écouté. Je n’ai pas pu résister et je me suis finalement installé sur la pointe qui se trouvait en face de l’endroit où j’avais repéré la sculpture.

En m’installant dans la soirée, j’ai senti que c’était la bonne chose à faire. J’ai même allumé la caméra vidéo et filmé des images de moi en train de parler de cette carpe incroyable.

Certaines choses de la vie semblent faire partie de notre destin. J’y crois fermement, d’autant plus en vieillissant. C’était l’un de ces moments.

Cette fois-ci, je n’ai eu qu’une seule touche. C’était juste avant le lever du jour, quand après un combat fougueux, j’ai découvert devant moi l’une des carpes les plus magnifiques que j’aie jamais vu.

The Woodcarving reposait dans mon filet alors que ses belles écailles brillaient dans la lumière du faisceau de ma lampe frontale. Quelle capture à chérir !

Un morceau de la vieille Angleterre Simon Crow
La Sculpture en Bois, la fin d’un chapitre que je ne suis pas près d’oublier…

Dès le moment où j’ai mis les pieds ici, tout s’est déroulé comme prévu. Je n’aurais pas pu écrire un meilleur scénario.

J’avais attrapé assez de carpes pour apprécier ma saison, y compris tous les poissons que je voulais, en seulement neuf nuits de pêche !

Il n’a jamais été question de taille à cette occasion. Il ne s’agissait que de leur histoire. Les carpes spéciales ne nous parviennent pas très souvent, et pour le nord de l’Angleterre, ces beautés étaient du plus haut pédigrée.

C’était un chapitre de ma vie de pêcheur que je ne suis pas près de revivre, et que je chérirai toute ma vie.

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------
Bouton retour en haut de la page
Chargement...
X
X