Sessions - Récits

Pêche en canal | Session chez les ch’tis

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

de Yann Marlot

Mon ami Jonathan et moi échangeons beaucoup sur les réseaux. Nous avons une vision de la pêche très proche l’une de l’autre et on affectionne tous les deux la pêche en canal.

On va dire que le courant passe plutôt bien entre nous et c’est pourquoi nous avons décidé de nous rencontrer au bord de l’eau.

Jo habite en Alsace et il rêvait de pêcher sur un canal à grand gabarit. Je ne pouvais que l’inviter chez moi dans le Nord de la France, une région qui est d’ailleurs assez réputée pour être traversé par bon nombre d’entre eux.

C’est après une première nuit stérile sur un spot préalablement amorcé depuis quelques jours que mon pote Jo et moi décidons de changer de secteur dès notre réveil.

Pas un bip de la nuit, il n’y a pas à chier, nous ne sommes pas sur le fish. Après un rapide passage chez moi pour y prendre une bonne douche et un bon café, nous chargeons le matos dans la voiture et let’s go.

Pêche en canal | Session chez les ch’tis | CARP LSD LE MAG

Il faut les trouver…

Nous voilà arrivés sur un autre secteur de canal. On s’arrête une première fois en espérant apercevoir quelques poissons, mais à priori, ils ne sont pas là non plus.

On reprend la voiture et nous nous rendons un peu plus loin. Et là, à peine arrivés, nous pouvons déjà observer quelques beaux ramassages derrière les herbiers.

Nous continuons à longer le canal et on aperçoit un, puis deux et trois poissons nageant au ras du fond, ensuite, quelques dorsales viendront percer la surface.

C’est certain, c’est ici qu’il faut se poster ! Ni une ni deux, nous retournons rapidement chercher nos affaires dans la voiture, excités comme des gosses le jour de Noël.

Trente minutes plus tard, tout était placé et nous étions prêts à en découdre avec dame carpe. Quelques minutes s’écoulèrent et alors que nous étions tranquillement en train de siroter une petite bière, un de mes détecteurs émet quelques bips et bingo ça run.

Quelques instants plus tard le premier fish de la session était dans l’épuisette.

Après quelques clichés, je replace mon montage (un bonhomme de neige monté sur un spinner hair rig) est replacé au même endroit avec en accompagnement un petit stick et une poignée de CO-DE éparpillées autour.

Pêche en canal | Session chez les ch’tis | CARP LSD LE MAG Pêche en canal | Session chez les ch’tis | CARP LSD LE MAG

Pêche en canal | Session chez les ch’tis | CARP LSD LE MAG

On ne gagne pas à tous les coups

Au loin, le clocher sonnait déjà midi, le barbecue fumait et les saucisses étaient presque cuites que ma canne placée sur ma droite dans une trouée d’herbiers démarra.

Jonathan s’empressa de retirer la viande du grill et me rejoignit au plus vite pour glisser le deuxième poisson dans le triangle.

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

J’étais trop content, quel pied d’enchaîner les touches aussi rapidement après une nuit de capot. Jo lui, l’était un peu moins, car ayant fait le déplacement depuis l’Alsace, il n’avait pas encore touché son ch’ti poisson de grand gabarit.

Nous échangions quelques mots sur notre approche qui était la même, une pêche au spot avec juste une dizaine de billes en guise d’amorçage à la seule différence que lui utilisait des Trigga Pineapple & N-Butyric Acid.

Il décida donc de remonter une canne pour escher cette nouvelle recette qu’est la CO-DE et qui cette fois-là semblait plus rapidement interpeller les carpes.

Une fois son montage replacé, nous nous posons au cul des cannes pour casser la croûte, mais nous n’avons pas le temps de finir notre petit festin que la canne que Jo venait de reposer partie à son tour.

Au même moment, une péniche passait devant nous et la carpe est revenue comme une dingue dans nos pieds se bloquant dans un gros herbier et malheureusement, il perdit son premier poisson.

Jo était dégoûté et je l’étais également pour lui.

L’après-midi fut mouvementée pour moi, et ce, jusqu’au soir, j’obtiendrai plusieurs touches, toutes sur mon montage placé en extrême bordure dans une mini trouée d’herbiers.

C’est en début de soirée que l’activité s’est calmée pour moi, Jonathan se posait de plus en plus de questions, car de son côté, ses détecteurs étaient restés muets depuis sa touche du midi.

Je repositionne mes lignes pour la nuit et ensuite, je scrute pour déceler la moindre activité.

Soudain, j’aperçois de grosses fouilles non loin de la rive d’en face tout près de bateaux en stationnement, c’était juste en face de Jo.

Ayant déjà un spot dans sa bordure et après moult réflexions, il décida d’y déposer une ligne à l’aide de son bateau amorceur.

Pêche en canal | Session chez les ch’tis | CARP LSD LE MAG Pêche en canal | Session chez les ch’tis | CARP LSD LE MAG Pêche en canal | Session chez les ch’tis | CARP LSD LE MAG

Une nuit compliquée

Les dernières vingt-quatre heures furent malgré tout fatigantes, c’est donc après s’être rempli la panse une fois de plus de grillade et de quelques « waldy » (digestif alsacien fait maison par Jonathan) que nous nous glissons le ventre rond au fond de nos sacs de couchage.

C’est au son de la musique émanant d’une fête dans une maison non loin de là et avec le doux chant des moustiques que j’ai vite rejoint les bras de Morphée.

Bip bip biiiiiiip, c’est maintenant au son d’un détecteur que je me réveille, mais ce n’est pas l’un des miens, c’est pour Jonathan.

Je regarde mais le gaillard a l’air plongé dans le coma, je me lève rapidement pour le réveiller mais la bobine de son moulinet a cessé de tourner.

Il me dit, mais non il n’y a rien, je lui dis de vérifier quand même sa bannière est totalement détendue, il se leva donc pour retendre cette dernière avant de prendre contact avec… le vide.

Misère, plus rien au bout de la ligne. A cet instant, je peux vous assurer qu’il était vert, je me souviens même qu’il m’a dit que c’était de la merde la pêche dans le Nord ! Que s’est-il passé ? Est-ce un silure ?

On n’en saura jamais rien, mais le spot près des péniches d’en face semble prometteur. Bien que fatigué, Jonathan prend le temps de bien tout replacer, mais la poisse semble être scotchée à lui, car dans l’heure qui suivit une brème viendra jouer les troubles fêtes.

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

Le reste de la nuit fut à la fois court et très calme autant pour lui que pour moi. C’est seulement lorsque les premières lueurs du jour éclairaient l’horizon que ma centrale me réveilla.

Une fois de plus, ma canne placée en bordure m’apporta un autre poisson, mais étant petit et moi claqué, il répartit directement dans son élément et moi dans mon bedchair.

C’est alors que je dormais comme un loir qu’un des détecteurs à Jo se mit à chanter et là enfin, après un beau petit combat, il tenait enfin sa première carpe de ce grand bief de canal au combien capricieux.

Le jour est levé, l’adrénaline nous a permis de rester éveillés et c’est autour d’un café bien noir que nous récapitulons notre session pleine de rebondissements.

Elle n’était pas réellement terminée puisque deux carpes rejoindront le tapis, une pour moi et une pour Jonathan. Pour bien terminer notre partie de pêche, je casse le manche de mon épuisette en y glissant le fish de Jo accompagné de trente kilos d’herbes.

Cette session fut un bon moment de partage et d’échanges autour de cette passion qui nous anime tous tant et j’espère qu’un de ces quatre, on s’en refera une…

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------
Afficher plus

Articles liès à la même thématique

Bouton retour en haut de la page
Chargement...
X
X