Culture Carpe

Les carpes seniors, des poissons sacrés

Arnaud Lathuille

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

L’espérance de vie de la carpe est en moyenne de 20 à 35 ans, mais parfois plus de 45 ans pour certaines souches.

Il est donc possible, du moins pour beaucoup d’entre nous, de ferrer des carpes plus vieilles que nous-mêmes.

Si un poisson senior n’est pas forcément énorme, dans tous les cas, c’est un poisson mythique qui mérite notre plus grand respect.

En effet, il hante les fonds de notre lieu de pêche depuis de longues années.

Il a vécu bien des choses dans les eaux mystérieuses que l’on convoite. Il connaît sans doute parfaitement les recoins de son milieu de vie.

En ce sens, c’est un livre d’histoire à lui tout seul, un peu comme une vieille personne. Ferrer un poisson âgé apporte beaucoup de plaisir, puisqu’on a l’impression de lever une partie du mystère du lieu de pêche.

Les carpes seniors, des poissons sacrés | CARP MAGAZINE LSD
Où les écrevisses sont présentes, les vieux poissons sont souvent énormes !

Nous pêchons régulièrement des petits lacs relativement sauvages où nous suivons l’évolution de quelques poissons « vedettes » depuis la fin des années 90.

A cette période, nous avions pris quatre miroirs qui nous semblaient déjà âgées, car peu combatives et à la peau « ridée ».

Elles pesaient entre 12 et 16kg. Ces carpes avaient alors, au minimum, une dizaine d’années, mais sans doute déjà bien plus. Quinze ans plus tard, si l’un de ces quatre poissons semble décédé, les trois autres se portent très bien.

Ne vous imaginez cependant pas le poids de ces carpes dépasse les 25kg. Il oscille, en fonction des saisons, entre 13 et 15kg.

Nous observons ces mémés fréquemment en plongée, et il nous arrive de les repêcher de temps en temps.

Elles nous sont devenues très familières. Même si nous évitons de les traquer trop souvent, c’est toujours un plaisir de recroiser leur route et de constater qu’elles ont bien passé l’hiver.

Cette histoire n’a rien d’extraordinaire… Sachez qu’il est relativement fréquent de prendre des poissons de plus de 20 ans à condition bien sûr d’éviter les carpodromes et aux autres endroits malsains où les poissons sont surpêchés à longueur d’année.

Les carpes seniors, des poissons sacrés | CARP MAGAZINE LSD
Il faut utiliser du matériel de grande qualité, notamment au niveau des appâts pour leurrer les carpes les plus vieilles !

Des légendes vivantes…

Les vieilles carpes ne sont pas des grandes combattantes au bout de la ligne. Toutes celles que nous avons pu attraper nous ont fait des touches timides (voire pas de touche du tout pour l’une d’elles !) et se sont laissées ramenées facilement.

Par ailleurs, il arrive qu’elles aient une façon de nager étrange, à tel point qu’on se demande parfois s’il s’agit bien d’une carpe.

Ceci peut s’expliquer par le fait que leur vieil organisme présente souvent quelques handicaps.

L’observation des traces sur le corps des très vieux poissons nous montre que l’époque où ils étaient des alevins est désormais bien loin.

Comme chez les humains, les vieux poissons sauvages ont le corps ridé, et portent très fréquemment d’anciennes cicatrices de guerre.

Certains vieux individus sont borgnes, et d’autres encore ont une nageoire dorsale atrophiée, triste souvenir d’avoir servi de vif à brochet dans leur tendre jeunesse.

Le cuir des miroirs semble « coriace » et épais, contrairement aux jeunes sujets. Chez les communes, les écailles semblent parfois délavées, usées. Vous vous en doutez, ces vieux poissons sont particulièrement fragiles, et il faut les manipuler avec beaucoup de soin.

Comme la séance photo, la durée du séjour éventuel en sac de conservation doit être la plus courte possible.

Et plus que jamais, ces poissons doivent être beaucoup arrosés sur le tapis de réception.

Les carpes seniors, des poissons sacrés | CARP MAGAZINE LSD
Cette carpe bien qu’énorme ne semble pas encore trop âgée !

Les mamies, difficiles à leurrer ?

Nous avons remarqué que les très vieux poissons aiment le calme et que, s’il est possible de les observer avec d’autres congénères, ils vivent souvent en bancs très restreints, voire de manière solitaire.

C’est donc souvent sur des cannes qui pêchent des spots « un peu différents » que ces poissons sont pris. Sur le plan alimentaire, les carpes seniors sont souvent difficiles.

Au cours de leur vie, elles ont acquis une certaine méfiance et, bien qu’opportunistes, elles sont souvent focalisées sur des sources de nourriture précises et parfois surprenantes.

Il y a quelques années, nous avons attrapé un senior en plein courant du Rhône, sur une canne à silure eschée au maquereau.

Cette mamie n’a pas hésité à s’emparer d’un morceau de poisson de 18cm reposant sur un fond caillouteux. Intrigante, cette anecdote nous invite à nous interroger sur le régime alimentaire des vieux poissons.

Cette carpe aurait-elle consommé des graines ou une bouillette avec autant d’ardeur ?

Rien n’est moins sûr…

Les vieilles carpes qui n’ont jamais été capturées sont de plus en plus rares en France. Quasiment tous les lacs ou étangs français ont déjà reçu la visite d’un carpiste.

Des dizaines de milliers de carpes ont déjà été couchées sur un tapis de réception. Il y a bien sûr quelques exceptions, comme l’immense lac Léman ou à l’opposé de toutes petites gravières oubliées, où certaines coulent des jours paisibles.

Quoi qu’il en soit, plus une carpe est âgée, plus son expérience envers les montages et les appâts des carpistes est importante.

Inévitablement, les vieilles carpes deviennent donc plus difficiles à capturer. Il y a toujours quelques exceptions où des carpes, au QI plus faible que la moyenne, se font capturer toutes les années et à plusieurs reprises.

En général, la notoriété d’une carpe est inversement proportionnelle à son degré de méfiance ! Depuis des années, nous sommes confrontés à ce phénomène.

Les carpes seniors, des poissons sacrés | CARP MAGAZINE LSD
L’espérance de vie des carpes vivant en rivière semble plus faible que celle vivant en lac.

Amoureux des grands espaces, nous ne pêchons que des sites où le nombre de pêcheurs est le plus faible possible. Cela nous force à pêcher des lieux réputés difficiles où capturer une carpe toutes les 48h en moyenne est synonyme de très bons résultats.

Il y a encore 10ans, sur ces secteurs, nous réussissions à capturer des carpes très régulièrement sans trop nous prendre la tête. Maintenant la situation a bien changé. Pourtant, la pression de pêche n’a pas vraiment évolué.

Des carpistes viennent tenter leur chance régulièrement, mais devant le faible nombre de touches, beaucoup se découragent.

Les acharnés se comptent sur les doigts d’une main. Certains doivent penser que nous sommes un peu fous pour investir autant d’énergie pour un si petit nombre de départs.

C’est sans doute vrai. Mais, il faut bien garder à l’esprit que nous pêchons ces grands lacs depuis notre plus tendre enfance.

Nous avons presque tout appris sur leurs berges. Nous connaissons de nombreuses carpes de ces lieux magiques. Elles continuent encore à hanter nos nuits.

Lors de l’automne 2018, nous avons commencé nos ALT au début du mois de septembre.

Tous les 48h, nous sommes allés amorcer nos spots. Cela demande une énergie et une motivation énorme. Entre la vie de famille et le boulot, l’organisation doit être sans faille.

Et pourtant, les résultats ne sont pas incroyables. On aurait eu cette approche il y a 10ans, on aurait enchaîné les touches.

Mais maintenant, les carpes connaissent la musique. Elles ont fini par se méfier, même des ALT. Nous entendons déjà des questions : pourquoi ne pas abandonner les ALT et tenter d’autres approches ?

Pourquoi pas, mais comment faire, sachant que la densité de carpes est réellement très faible ?

Lorsque l’eau se refroidit et que les poissons ne se manifestent que très rarement, si vous n’amorcez pas au préalable, vos chances de réussite sont très minces sur les eaux à faibles effectifs de poissons.

Les carpes seniors, des poissons sacrés | CARP MAGAZINE LSD
Certaines grosses miroirs ne sont pas très âgées…

Au fil des ans, la pêche est donc devenue plus difficile qu’avant. Pour nous, l’explication est très simple.

Certes, nous continuons toujours à capturer des carpes inconnues, mais la majeure partie de nos prises est déjà venue visiter notre tapis de réception il y a 1, 5, 10 voire même plus de 15 ans maintenant.

Elles ont tout simplement appris à se méfier de nos appâts, de nos montages, et de nos fils tendus. Cela est d’autant plus visible que la surface d’eau est importante, la nourriture naturelle illimitée et le nombre de carpes très faible.

Au moindre doute, elles ont la possibilité d’arrêter de se nourrir, de parcourir quelques kilomètres et de recommencer à s’alimenter en toute tranquillité.

Les carpes qui vivent dans des plans d’eaux surpeuplés (ils sont malheureusement très nombreux) n’ont pas cette chance et se font alors capturer plusieurs fois chaque année. Triste vie pour ces poissons…

Les carpes seniors, des poissons sacrés | CARP MAGAZINE LSD
Toutes les eaux n’hébergent pas de seniors !

Le poids des vieux poissons : qui dit vieux ne dit pas forcément massif…

Cela fait maintenant 25 ans que nous fréquentons ces immenses terrains de jeu. En ce qui concerne les poids de nos captures, nous constatons souvent la même chose.

Sur les quelques grands lacs que nous connaissons le plus, au début de leur vie, les carpes grossissent d’environ 2kg par an, puis leur poids stagne en général entre 14 et 21kg.

Cela représente environ 85% des carpes du cheptel. Il y a 10% des carpes au patrimoine génétique « pauvre » qui ne dépasseront jamais les 12/13kg.

Enfin, les 5% restants, ont quelque chose de plus : elles peuvent devenir énormes ! Ce sont celles qui font rêver les spécimens hunters.

Nous avons capturé des communes de 8kg qui, au vu de leur aspect général et leurs écaillages, étaient de véritables fossiles vivants.

Dans tous les cas, sur ce type de lac, les carpes n’ont pas besoin des carpistes et des amorçages pour se nourrir et grandir. Ici, c’est la nature qui choisit et guide encore les choses.

Ainsi, quoi qu’il arrive, à partir d’un certain moment, toute carpe arrête de grossir. C’est exactement comme chez les humains.

D’après nos différentes expériences, nous pensons qu’une carpe vivant dans des conditions correctes arrive à son poids maximum à l’âge de 15 ans. Mais il faut se méfier car le poids d’une carpe est un mauvais indicateur de son âge.

Dans certains milieux (faible superficie, peu de nourriture naturelle, PH acide) certaines carpes de 6kg (voire moins) peuvent être déjà très vieilles, et stagner à ce poids.

C’est le cas d’une rivière sauvage que nous pêchons régulièrement. A contrario, dans les lacs constamment amorcés par les carpistes à base d’appâts caloriques, les poissons vont « pousser » rapidement.

Certaines carpes pèseront alors plus de 15kg après seulement quelques années.

Les carpes seniors, des poissons sacrés | CARP MAGAZINE LSD
Carpe capturée en 2010 à 16,500kg.
Les carpes seniors, des poissons sacrés | CARP MAGAZINE LSD
La même carpe capturée 6 ans plus tard à 16kg !
Les carpes seniors, des poissons sacrés | CARP MAGAZINE LSD
Toujours la même carpe capturée en 2018 à 17,5kg, les variations de poids de ce poisson sont uniquement dues à la période de l’année où est réalisée sa capture.

Sur les eaux où la population de carpes est beaucoup plus importante et où la pression de pêche est plus conséquente que les lieux évoqués plus haut, les carpes n’ont pas le choix : elles doivent s’alimenter à proximité des montages des carpistes.

La probabilité de se faire capturer est donc beaucoup plus grande. Dans les carpodromes, les carpes seniors (de plus de 20 ans) sont dans la plupart des cas rarissimes ou inexistantes, dans le sens où ce sont souvent des lacs artificiels, empoissonnés régulièrement en carpeaux, et où l’espérance de vie des poissons est réduite à cause du stress.

Nous insistons : un poisson de plus de 20kg n’a pas forcément plus de 20 ans !

Sur ce type de secteurs, en général pour reconnaître un vieux poisson, il suffit de regarder l’état de sa bouche. Les vieux poissons n’en ont plus. C’est pour moi le summum de la connerie humaine.

Déterminer l’âge d’un poisson

Pour info, les scientifiques utilisent la lecture des écailles, ou scalimétrie, pour déterminer l’âge des poissons.

En effet, dans les régions tempérées où les amplitudes thermiques sont grandes entre l’hiver et l’été, les carpes ont des croissances différentielles.

En été, les eaux chaudes sont favorables à la croissance rapide des poissons.

Cette croissance est matérialisée au niveau des écailles par un espacement régulier des cernes d’accroissement.

En hiver cependant, cet espacement se réduit du fait du ralentissement de la croissance corporelle.

Le résultat de cette réduction des espacements des cernes est l’apparition d’une zone sombre, un peu comme on peut l’observer sur une coupe transversale de tronc d’arbre.

On se passera cependant de cette méthode, qui nécessite de prélever des écailles à nos chères amies… et on continuera de faire des spéculations à propos de leur âge…

Les carpes seniors, des poissons sacrés | CARP MAGAZINE LSD
Carpe capturée en 2003 à 15kg.
Les carpes seniors, des poissons sacrés | CARP MAGAZINE LSD
La même carpe capturée en fin de saison 2014 à 17kg !

Comme nous l’avons vu, les poissons seniors sont donc rarement les plus lourds, mais ils sont des superbes spécimens dans le sens où ils sont âgés et un peu « marginaux » au niveau de leur aspect et de leur comportement.

Si vous avez la chance de croiser le chemin d’un vieux poisson, admirez-le et accordez-lui le respect qu’il mérite.

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------
Bouton retour en haut de la page
Chargement...
X
X