Techniques & Stratégies

En hiver misez tout sur la rivière !

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

Bon Plan de Saison en Rivière
de David Tartaglione

Les poissons de rivière soumis aux aléas de l’eau courante restent plus actifs en hiver que leurs congénères d’eau stagnante.

Les poissons n’ont pas le loisir de se caler de longues semaines durant sans bouger. Les crues hivernales et les fréquents changements de niveau d’eau les poussent à changer de place et lutter contre le courant régulièrement et ainsi continuer à s’alimenter.

En hiver misez tout sur la rivière ! Pêche de la carpe
La rivière offre de réelles chances en hiver, à condition toutefois de dénicher les zones productives, ce qui n’est pas toujours simple !

En rivière, les poissons sont très rarement dans un état léthargique comme cela est fréquent au plus froid de l’hiver en plan d’eau.

Cependant, il ne faut pas s’emballer pour autant, les carpes d’eau courante sont la plupart du temps relativement passives, mais comme elles sont obligées de consommer de l’énergie pour lutter contre les éléments, elles sont condamnées à s’alimenter pour compenser les pertes engendrées.

Et comme à cette saison la rivière est pauvre en nourriture naturelle, un amorçage est accueilli comme une aubaine pour des poissons qui nagent dans des eaux comprises entre 4 et 8 degrés !

En hiver misez tout sur la rivière ! Pêche de la carpe
Un matériel réduit au strict minimum pour être en place rapidement en pêche rapide !

Toutes les rivières ?

Toutes les rivières de deuxième catégorie abritant une population correcte de carpes sont susceptibles d’être pêchées avec réussite à la saison froide.

Cependant, j’ai une préférence pour les rivières à taille humaine, comprises entre 15 et 80 mètres de large. Elles sont plus faciles à aborder sans embarcation.

Car en hiver, je me fais un devoir de ne pas employer d’embarcation quelle qu’elle soit. Pour des raisons pratiques et de contraintes, mais surtout pour ma sécurité.

Après quelques frayeurs en plein hiver sur l’eau, je me suis juré d’abandonner mon pneumatique du mois de décembre au mois de mars et ne pêcher que depuis la berge. Mais revenons à notre sujet.

Ces cours d’eau de taille modeste sont généralement sectionnés par tronçon de quelques kilomètres chacun.

Chaque tronçon peut avoir des caractéristiques spécifiques, notamment au niveau de la profondeur d’eau et chacun détient une population propre de carpes.

En petite rivière, une profondeur de 1,50 mètre suffit souvent pour trouver des carpes susceptibles d’engamer nos appâts.

D’ailleurs, les plus grandes profondeurs ne m’ont jamais apporté des pêches miraculeuses. Les fosses sont aujourd’hui envahies par les silures, même si parfois il peut y avoir cohabitation avec des carpes de belles tailles.

J’ai depuis quelques années complètement abandonné ce type de postes pour me tourner vers des secteurs susceptibles d’abriter de petites populations de carpes.

Ce sont les plus durs à trouver, mais se sont souvent les meilleurs postes, ceux qui produisent le plus régulièrement.

En rivière de petite et moyenne taille sur des secteurs où la profondeur n’excède pas les 3-4 mètres, les bons postes sont presque toujours des endroits encombrés, sous des branches en partie immergées et très souvent à quelques mètres de la berge dans des profondeurs d’eau moyenne pour la rivière.

Par exemple, dans une rivière avec une moyenne d’eau à 4 mètres, il n’est pas rare de trouver des bancs de carpes dispatchés sur des tenues en bordure dans des branchages avec des profondeurs d’eau de 2,50 mètres !

Là où il y a encore quelques années, je n’aurais pas imaginé les trouver !

En hiver misez tout sur la rivière ! Pêche de la carpe
Ambiance typique d’hiver dans ma Bresse profonde où le brouillard a souvent bien du mal à se lever !

A la recherche du Spot !

Et non, les carpes ne sont pas massivement regroupées dans la plus belle fosse du secteur les unes sur les autres la bouche ouverte à attendre vos bouillettes…

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

Les dénicher nécessite un peu plus de réflexion, pas mal de travail, et soyons honnêtes, souvent on finit par les trouver par pur hasard.

Néanmoins, quand on connaît bien la rivière pour la pêcher depuis un moment et à toutes les époques de l’année, on finit par comprendre le comportement des poissons et les bons postes deviennent presque une évidence.

Mais cela s’acquiert avec l’expérience et donc le temps passé sur cette rivière en particulier, car d’une rivière à l’autre, les règles sont différentes et même parfois opposées !

A vous faire tourner le ciboulot !!!

Je pêche plusieurs rivières dans mon département, et aucune ne ressemble à une autre. Elles ont toutes leurs caractéristiques, et il est possible de prendre des poissons en hiver dans chacune d’entre elle mais pas avec la même stratégie et au même moment.

Par exemple, j’en connais une où il est très difficile de prendre un poisson en journée, alors que dans une autre presque similaire, c’est le contraire !

Dans certaines je peux espérer dans le meilleur des cas, deux à trois prises en 24 heures de pêche, alors que dans d’autres, ce score peut se réaliser en deux heures de pêche !

Le seul lien qu’il y a entre ces différentes rivières c’est qu’il est capital de trouver les spots productifs, qui souvent se concentrent sur quelques mètres carrés.

Et tant que l’une de ces zones n’a pas été découverte, la pêche risque d’être totalement stérile et donne l’impression que les carpes sont totalement engourdies !

En hiver misez tout sur la rivière ! Pêche de la carpe
L’amorçage est déterminant pour conditionner les poissons sur ses appâts !

Une précision chirurgicale !

Les spots productifs sont souvent exigus et la précision du lancer et de l’amorçage est capitale.

Il faut bien souvent lancer à quelques dizaines de centimètres de branchages et pour un maximum d’efficacité, le clip ligne est bien utile.

L’application est de mise, il ne faut surtout pas trop déranger le poste pour espérer une touche rapidement, particulièrement pour des pêches de quelques heures.

Un lancer bien effectué et c’est tout ! Ce n’est pas le moment de sortir le marqueur sondeur et bombarder la zone de pêche !

Pour les mêmes raisons, je n’utilise pas de bait rocket, seulement un lance bouillette et une fronde.

En hiver misez tout sur la rivière ! Pêche de la carpe
Mon « arme » pour prendre rapidement une carpe, ma pâte maison !

Multiplier les sorties !

Je ne réalise pas de longues sessions en hiver, rarement des 24 heures, et plus généralement des pêches de journée, voire demi-journée et parfois d’une nuit.

J’essaie de me rendre le plus souvent possible au bord de l’eau. Deux à trois fois par semaine si les conditions climatiques le permettent, pour des pêches rapides de quelques heures.

Je privilégie le créneau horaire le plus favorable à cette époque qui se situe entre 9 et 16 heures. Le coup du soir ne m’a que trop rarement apporté de poissons.

Par contre, le coup du matin peut s’avérer excellent selon les rivières.

Pour le plaisir…

J’aime la rivière en hiver pour le calme quelle m’apporte et pour ses poissons bien en forme.

Je ne cherche pas spécialement à prendre de grosses carpes, je me contente de piquer ce qui vient.

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

Contrairement à une idée reçue qui voudrait que les plus gros poissons se font piquer plus facilement en hiver, mon expérience m’a surtout prouvé le contraire !

Chaque touche me remplit de joie et je me surprends souvent à retrouver l’ambiance et le plaisir simple de la pêche, sans pression particulière, sans objectif précis, juste pour le plaisir d’être là et de croiser le fer avec quelques poissons.

De quoi se sentir vivant, la petite bise venant du nord se chargeant de me le rappeler…

En hiver misez tout sur la rivière ! Pêche de la carpe
Après beaucoup d’efforts, de recherches et d’essais, un beau poisson au cœur de l’hiver est un plaisir unique qui booste considérablement le moral !

Esches miraculeuses

En eau froide les poissons blancs sont au repos, les poissons chats et autres écrevisses bien engourdis, ce qui laisse donc le choix des armes cotés appâts.

Et parmi tous les appâts que j’ai eu le plaisir d’utiliser en hiver ces trente dernières années, trois sont d’une efficacité redoutable et en plus ne coûtent presque rien !

-Le ver de terre

Coté sexy, on repassera, mais pour une carpe, rien n’est plus savoureux qu’un bon gros lombric, pas même la meilleure des bouillettes contenant 134% de protéines et soluble à 200%, arrosée du tout nouveau super liquide hyper boostant !

Je rigole mais je vous assure que si vous n’avez jamais pêché avec un ver de terre alors vous risquez d’être surpris.

Je le réserve pour des pêches à rôder, il ne prend pas que des carpes mais en hiver, je ne rechigne pas sur un beau poisson quel qu’il soit !

En hiver misez tout sur la rivière ! Pêche de la carpe
Une belle journée ensoleillée malgré le froid ambiant, un bon café, de quoi se restaurer et c’est parti pour quelques heures au paradis…

-La patate

Là encore, une esche exceptionnelle et qui est devenue totalement obsolète par les carpistes nouvelle génération… Pas assez chère sans doute !

Il est vrai qu’à la bonne saison, avec moins de 10€ on repart du supermarché avec un filet de 20kg de patates !

Trop beau pour être vrai… Mais c’est vrai !!! Avec Leon Hoogendijk, qui a une grande expérience de la pêche de la carpe en hiver en Hollande à la patate, nous parlons souvent de cette esche fabuleuse.

Nous n’avons pas vraiment d’explication mais nous en sommes certains, la patate est l’une des esches les plus instantanées que nous connaissons pour prendre des carpes en hiver !

En hiver misez tout sur la rivière ! Pêche de la carpe
Soyez opportuniste, partez pêcher quelques heures les jours où la météo est relativement clémente !

-Le maïs doux

Lui, tout le monde le connaît, beaucoup l’emploient en amorçage mais combien prennent la peine d’escher avec ?

Bien trop peu de pêcheurs bien entendu ! En eau froide, il m’arrive de pêcher avec en rivière et les grains peuvent facilement pêcher deux heures sans souci.

Je passe souvent des journées à prendre plusieurs carpes avec du maïs doux sans prendre un autre poisson ou alors un ou deux chevesnes mais rien d’embêtant.

Je ne conçois pas de partir pêcher en hiver sans au moins une boîte de maïs doux dans la musette…

En hiver misez tout sur la rivière ! Pêche de la carpe
Malgré le froid, le peu d’activité et toutes les contraintes liées à la saison froide, il faut garder le moral !

L’attraction a du bon !

Une esche attractive peut être un plus en eau froide et décider une carpe à s’en saisir rapidement.

L’une de mes meilleures armes pour déclencher rapidement des touches en hiver est la pâte crue maison.

Je conserve de la pâte à bouillette à laquelle j’ajoute un peu d’huile d’olive, de sel, du sucre de canne liquide, un peu de parfum et de l’huile essentielle d’ail.

Cela me permet de conserver la pâte plusieurs semaines sans risque de moisissure.

J’enrobe ma bouillette de pâte mais je n’en mets plus sur le plomb pour éviter les fausses touches et les ferrages dans le vide…

Je ne connais pas un produit plus attractif que la pâte en hiver pour séduire rapidement un poisson…

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------
Afficher plus

Articles liès à la même thématique

Bouton retour en haut de la page
Chargement...
X
X