Interviews

15 questions à François Huaumé

Chasseur de spécimens !

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

INTERVIEW CARP LSD

1-Comment as-tu découvert la pêche de la carpe ?

Quand j’ai quitté le domicile parental pour m’installer dans mon premier appartement en ville, j’ai rapidement compris que je n’étais pas fait pour rester enfermé et que les parties de PlayStation allaient vite trouver leur limite.

A cette époque, un ami me parlait souvent de pêche et notamment de carpe.

Je me souvenais alors et lui racontais mes après-midi pêche que j’allais faire dans un petit étang communal avec mon pote Sylvain quand j’étais plus jeune à la sortie du catéchisme… J’adorais ça (la pêche) !

Avec ma petite canne en bambou, il m’arrivait de prendre quelques carpeaux au milieu des gardons, mais je finissais toujours par me faire démonter alors que sur la berge d’en face, deux gamins du coin équipés de lancer télescopiques arrivaient bien souvent à sortir des poissons plus gros.

A la fin de cette anecdote, voyant des étoiles dans mes yeux rien que de me remémorer ces instants, mon ami me proposa de participer à un enduro auquel il voulait s’inscrire, mais pour lequel il lui fallait un coéquipier. Je n’avais pas de matériel, mais lui avait tout ce qu’il fallait.

Quinze jours après, je me retrouvais pour un weekend complet au milieu d’un tas pêcheur ne parlant que de carpes. Ils me semblaient tous plus passionnés les uns que les autres !

On me parlait de carpes gigantesques pouvant atteindre jusqu’à 17/18kg ! J’étais impressionné et pressé de pouvoir découvrir de tels poissons, mais malheureusement, lors de cet enduro, personne ne réussit à prendre la moindre carpe.

J’avais quand même passé un bon moment, mais il commençait à faire froid et la saison allait prendre fin.

Ce n’est donc que le printemps suivant que j’eus l’occasion d’assister à un départ en direct et un combat en allant me balader au bord de ce lac.

Au bout de 20 longues minutes, j’ai enfin pu découvrir ce qu’était une grosse carpe ! L’heureux pêcheur exhibait cette 8kg devant mes yeux ébahis.

Dès la fin du mois, je courrais au magasin pour m’acheter mes premières cannes Mitchell et moulinets débrayables avec ma paye d’apprentis et fonçais au bord de l’eau.

Sur place, je fis la rencontre de Gilles, le président du club carpiste du Morvan qui m’invitât gentiment à une pêche de nuit avec lui et les gars de son club. Rapidement, j’allais intégrer ce club, Gilles allait devenir un de mes meilleurs ami et j’allais apprendre un peu de tous. J’achetais mes premiers Carpe Magazine et me mettais à dévorer les articles de Léon et tous les autres grands pêcheurs de l’époque.

A ce moment-là, j’étais très loin d’imaginer le parcours halieutique qui m’attendait par la suite !

Dix ans plus tard Leon allait devenir un très bon ami avec qui j’allais partager de nombreuses sessions et voyages de pêches. J’allais aussi écrire mes premiers articles dans le magazine Carpe Scène et à mon tour faire rêver de nombreux pêcheurs avec des poissons démesurés.

Interview carplsd de François Huaumé Chasseur de spécimens !
Une de mes premières carpes. A cette époque je ne rêvais pas encore de géante, mais j’avais soif d’apprendre et j’essayais d’acquérir un max de connaissance pour toujours m’améliorer !

 

Interview carplsd de François Huaumé Chasseur de spécimens !
A mes débuts, je ne savais pas en lisant ses articles que je serais ami avec Léon plusieurs années après et que nous partagerions de nombreuses sessions et voyages !

2-Quelle est ta situation professionnelle ?

Je suis chargé de projets pour un constructeur de maisons individuelles à Mâcon dans le 71 depuis 8 ans.

Je rencontre des gens qui ont un projet de construction et les aides à le concrétiser en leur cherchant un terrain et en leur faisant des plans de maisons personnalisés.

Réaliser le rêve des gens est un beau métier, mais il me prend beaucoup de temps et ne me permet pas de pêcher aussi souvent que j’aimerais le faire !

3-As-tu des sponsors ?

Oui, j’ai la chance d’avoir été contacté par Fox il y a 3 ans.

Un jour dans mes messages Facebook, j’ai découvert un message de Jb m’annonçant que Fox aimerait avoir un gars du secteur dans son équipe et que mon nom était ressorti plusieurs fois dans les discussions.

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

Assez surpris, je l’appelais pour en parler avec lui et le remercier de cette proposition.

Être sollicité par cette très grande marque était plutôt flatteur et vue l’image que j’en avais ainsi que la composition de l’équipe, je ne tardai pas à donner une réponse positive Jb.

Même si être sponsorisé n’est pas une fin en soi et ne change rien à ta vie, faire partie de cette belle équipe et représenter cette grande marque est quelque part un certain aboutissement à ma passion.

Quelques semaines avant cette bonne nouvelle, je recevais aussi un message de la part de Vincent Graff le boss de Cook Carp Concept me proposant de m’envoyer un carton de bouillettes pour essayer ses produits et voir si ceux-ci me plaisaient.

Ayant connu Vincent quelques années plus tôt par le biais des blogs Skyrock et vu la sympathie de ce mec, je ne tardai pas à accepter cette proposition.

Dès la fin des premiers paquets, je passais un coup de fil à Vincent pour lui dire que non seulement, j’avais aimé ses billes, mais que les carpes aussi !

C’était foutu pour lui, il ne fallait pas me tenter, il allait devoir me prendre dans l’équipe et continuer de me fournir de la drogue pour carpe.

Trois ans plus tard, je suis toujours aussi ravi de pêcher avec ses appâts et quand j’utilise ses billes, je ne me pose aucune question, j’ai confiance à 100% !

Ouvrez donc un paquet de ses célèbres suprêmes écrevisses et vous comprendrez !

Pour résumer, avec du matériel à la pointe de la technologie dont la réputation n’est plus à faire et des appâts au top, je peux aborder mes pêches sereinement.

Même si avoir du bon matériel et de bons appâts ne font pas tout, je n’ai plus qu’à me concentrer sur les choix de mes destinations et mes stratégies à mettre en place.

Interview carplsd de François Huaumé Chasseur de spécimens !
Avec des fishs pareils, Vincent allait devoir continuer à me fournir de la drogue pour carpes !

4-Plutôt adepte de longue session ou pêche rapide ?

J’aime les deux, mais qu’appelle-t-on grande session ?

Il est vrai que j’aime avoir du temps pour organiser une grande session, car cela me permet de me déplacer plus loin et cela me permet aussi de me couper du rythme infernal de cette vie de dingue.

Avoir du temps permet souvent de mieux comprendre la pêche, de conditionner les poissons sur un amorçage, d’observer, analyser pour mieux affiner son approche et faire les réglages nécessaires pour mener à la réussite.

Une longue session augmente aussi la chance de pouvoir tomber sur un bon créneau.

Si les poissons ne s’alimentent pas ou peu pendant plusieurs jours, il est plus rare qu’ils ne le fassent pendant quinze jours !

On peut en dire et en penser ce que l’on veut, mais sans avoir d’arrière-pensées, un full timer ou un mec qui a la chance de gérer son planning à volonté à tout de même bien plus de chance de réussir par fatalité qu’un mec qui a posé une semaine de congé pour aller sur un grand lac en septembre et qui se tape une semaine de canicule …

Perso par rapport à mon rythme de vie familiale et professionnelle, il ne m’est pas possible de faire plus d’une semaine complète plus de deux fois par an.

Sans vouloir tomber dans l’extrême, j’avoue que je rêverais de pouvoir faire quinze jours de suite. Les résultats et le nombre de captures seraient forcément différents de ceux que j’ai aujourd’hui.

Mais bon, je ne vais pas me plaindre, car je crois que je suis plutôt bien gâté lors de mes sorties.

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------

Même si j’ai une préférence pour les grandes sessions, j’apprécie aussi les petites pêches rapides de quelques heures à une journée qui peuvent s’avérer aussi redoutables sur des coups bien préparés en local et qui permettent de se plonger dans son univers plus régulièrement en attendant une plus longue session.

Interview carplsd de François Huaumé Chasseur de spécimens !
Je préfère les longues sessions, mais il est possible de faire de bonnes pêches sur un coup bien préparé. Ici mon dernier fish géant de 30,300kg prit lors d’une pêche éclair !

5-Niveau destination tu es plutôt privé ou public ?

Sans la moindre hésitation le Domaine Public !

Il y a largement de quoi rêver et se faire plaisir en public. Les seules fois où j’ai pêché en privé, c’est parce que j’avais mon fils pour plusieurs jours et que je ne pouvais pas le traîner dans des galères.

J’ai donc dû choisir cette option plus par dépit pour pouvoir avoir un truc tranquille, pouvoir pêcher les nuits sereinement et lui apporter un peu de confort.

Il m’est arrivé aussi de le faire pour un social Fox afin que nous puissions tous nous retrouver, ce choix était également pour le côté pratique.

Même s’il m’est arrivé de vivre une ou deux sessions sympas dans le privé, les poissons que j’ai pris non jamais eu la même valeur à mes yeux. Il faut savoir faire la part des choses.

Cela étant, il y a aussi privé et privé… ça dépend du contexte je dirais. Pêcher un privé 100% commercial et pêcher un privé d’un copain ou avoir une autorisation de pêche exceptionnelle dans un lieu jamais ou très rarement pêché n’est pas la même chose.

Évidemment, dans ce cas, si l’occasion se présentait et que ça valait le coup, je ne cracherais pas dessus.

Une chose est sure, j’ai ma préférence pour le public, mais je ne juge pas les gens qui préfèrent le privé. Chacun prend son plaisir là où il veut.

Interview carplsd de François Huaumé Chasseur de spécimens !
Ajouter une géante de canal et de rivière tel que ce spécimen de 31,500kg à ma collection est un projet qui me tient à cœur !

6- Tu es du style à benner lourd ou préfères-tu des amorçages légers et ciblés ?

Ça dépend de l’époque, de l’endroit, du cheptel, des indésirables et du temps de pêche que j’ai devant moi. Cela dépend aussi des appâts que j’emploie ! Je peux être les deux extrêmes.

7- Côtés présentations, tu es plutôt dense ou flottante ?

De préférence dense. J’aime présenter les mêmes appâts que ceux de mon amorçage.

Si le fond est très mou, j’aime bien utiliser des bonhommes de neige.

Je les utilise moins souvent, mais les pop-ups dans certaines situations sont aussi redoutables.

Une fois de plus, tout dépend du contexte dans lequel je me trouve.

8- Quel est ton montage de prédilection ?

Pour le corps de ligne, je préfère la tresse pour sa solidité et les sensations qu’elle permet de ressentir lors de la dépose d´un montage pour sentir le fond et le plaisir de tout sentir lors des combats.

Mon choix se porte sur de la 30 centièmes.

Ensuite, j’aime rajouter une dizaine de mètres de tête de ligne de 60 à 70 centièmes pour me préserver d’une casse si la ligne venait à frotter sur une saloperie, puis aussi pour avoir un peu d’amorti.

Pour les plombs, je préfère le système clip pour pouvoir changer facilement de forme ou de poids. Je les préfère souvent lourd de 140 à 280 grammes.

Pour le bas de ligne, je suis un fervent adepte du rigide. J’emploie donc un fluorocarbone de 50 ou 60 centièmes dont la longueur varie selon le type de fonds, mais aussi ma façon d’amorcer. Celui-ci est équipé d’un hameçon de 2 ou 1 monté en D-rig.

Je fais des cheveux en fluorocarbone que je brûle, ce qui me permet d’avoir toujours la bonne longueur suivant l’appât que j’emploie.

Voilà, ce montage m’a rarement fait défaut. Il est peut-être simple et peut paraître grossier, mais il fonctionne très bien. Il ne s’emmêle jamais, les piqûres sont rarement ailleurs que dans la lèvre du bas et l’hameçon s’ancre bien derrière celle-ci pour ne pas déchirer les chairs.

Il est solide, je n’ai donc pas à pleurer pour dire que j’ai loupé le poisson de ma vie à cause d’une casse. Il faut dire aussi que je ne cible pas des gardons.

Il est adapté à mon style de pêche tout simplement.

Interview carplsd de François Huaumé Chasseur de spécimens !
Voici de quoi mes montages sont principalement composés. Du solide pour ne pas avoir à casser sur le poisson de sa vie !

9- Ton appât préféré ?

Mon appât préféré reste la bouillette. Les possibilités de composition sont infinies et les carpes en sont dingues.

Même dans les endroits vierges de toute pêche, elles permettent selon les choix de rapidement prendre des poisons.

La bouillette est facile à conserver et facile à amorcer. Je n’y vois vraiment pas d’inconvénient, sauf quand il y a trop de poissons de chat.

Concernant les gaines, si j’en avais une seule à choisir pour pêcher le restant de ma vie, ça serait incontestablement la cacahuète.

J’avais d’ailleurs consacré un article bien détaillé dans le magazine Carpe Scène n°9 pour les collectionneurs.

Interview carplsd de François Huaumé Chasseur de spécimens !
Pêcher avec les appâts de mon sponsor Cook Carp Concept en lesquels j’ai 100% confiance me permet de me concentrer sur mes destinations et mes stratégies à mettre en place !

10- Quel matériel emplois-tu ?

Étant sponsorisé Fox, je crois que je suis bien loti pour ça. Pour les cannes, j’utilise des Horizons X4 en 10 pieds et pour les moulins des FX 11.

Je suis plutôt pique que rod pod pour leur rapidité de mise en place, encombrement et polyvalence en actions de pêche. Côté détection, j’ai choisi les meilleurs détecteurs en prenant les RX+ pour tous les réglages qu’ils permettent et leur qualité et sonore de détections.

Je me sers aussi régulièrement de mon pneumatique Fx 240, d’un bateau télécommandé Navigator Rock The Boat dont la réputation pour la fiabilité et la qualité de ses bateaux n’est plus à faire et de mon bateau cabine un Boum 420.

Interview carplsd de François Huaumé Chasseur de spécimens !
Avec tout ce que j’ai appris avec mes amis et les magazines, quelques années plus tard, je me lançais dans la traque des plus gros poissons. Ici ma première vraie grosse carpe !

11- D’après toi quelles sont les qualités essentielles pour être un bon pêcheur de carpe ?

Pour commencer, je dirais qu’il faut être ouvert et pas borné. On a à apprendre de tous, même parfois des plus jeunes.

L’écoute et les échanges entre passionnés permettent dans certaines situations difficiles de se remettre en question et de trouver des solutions pouvant éviter l’échec et mener à la réussite.

Pour être un bon pêcheur, il faut pratiquer partout ! De la simple petite rigole à la rivière, canal ou fleuve. De la mare à canard aux étangs, gravières ou étendues de milliers d’hectares ! Plus on varie les endroits, plus on en apprend sur le comportement des poissons et les zones où les trouver.

C’est tout simplement ce que l’on appelle se forger une expérience.

Cela permet de trouver les meilleures approches et stratégies à mettre en place rapidement où que l’on aille et quelles que soient les conditions. Un bon pêcheur est quelqu’un capable de s’adapter.

Je pense que connaître aussi les autres espèces d’eau douce est un plus.

Pour être un bon pêcheur, il faut aussi respecter les autres ! Être bon pêcheur ce n’est pas lié seulement aux performances !

Pour finir, je dirais qu’il faut aussi une bonne dose de confiance en soi et savoir se fixer quelques objectifs à atteindre ou même défis.

Il faut être rigoureux et entreprenant. Certains envies ou jalouses ce type de personne, car ils ne se donnent pas les moyens d’y arriver.

Devenir un bon pêcheur avec tout ce que l’on sait aujourd’hui est à la portée de qui veut bien s’en donner la peine.

Pour ça, c’est sûr, il faut être un vrai passionné.

12- As-tu un mentor, un pêcheur qui t’a fortement influencé ?

Quand j’ai commencé, je lisais beaucoup les magazines, donc en plus des amis qui m’entouraient, j’ai appris pas mal des auteurs des années 1995/2000.

Je n’ai jamais idolâtré quelqu’un ou juré que par une personne en particulier, mais j’ai particulièrement aimé les livres de Leon.

Les récits de ses sessions de pêche, sa carpe géante Bulldozer et ses voyages à l’étranger m’ont fait rêver !

J’étais très loin de m’imaginer que plusieurs années plus tard, il serait mon partenaire de pêche régulier et que de 2006 à 2013 j’allais vivre certains de mes rêves à ses côtés.

Interview carplsd de François Huaumé Chasseur de spécimens !
Je ne savais pas qu’un jour à mon tour je ferais rêver les lecteurs avec des poissons géants !

13- Quel est ton regard sur les réseaux sociaux ?

J’aime le modernisme et les nouveautés, mais je suis mitigé. Avant d’être sur Facebook, j’avais un blog Skyrock que je prenais plaisir à alimenter.

Quand Facebook est apparu, j’ai trouvé ça plus fluide plus simple et surtout plus fun, car il y avait de plus en plus de monde. J’ai donc délaissé mon blog pour me concentrer sur FB.

On pouvait y faire des rencontres sympas, puis je me suis aperçu que les infos pleuvaient de toutes parts, tout le monde savaient tout sur tout en un éclair.

Au début, je trouvais ça bien, car je consultais ça comme un vrai journal.

Cependant, avec ça, les magazines que l’on attendait tous les mois pour se jeter dessus et les dévorer, ont malheureusement perdu rapidement en intérêt car il n’y avait plus de scoop, le net avait tué ça… il y avait moins de magie d’un coup… trop d’informations tuait l’information !

Et puis on a vu apparaître des gens sortis de nulle part faites les marioles, s’afficher tous les jours comme des stars et disparaître du jour au lendemain…

Sûrement des gens avec un gros mal-être et un besoin de reconnaissance démesuré pour se sentir exister. Pathétique…

De plus sur les réseaux, les gens se lâchent de plus en plus. Ils ont la critique facile et ça part dans tous les sens pour le moindre truc… On peut même assister à des lynchages collectifs.

Il n’y a plus de respect. Il y a trop d’imposteurs qui passent plus de temps derrière leur écran à faire chier le monde plutôt que se donner les moyens de réussir.

On a même vu des mecs piquer les photos des autres avec des gros poissons pour y coller leurs faces de loosers. Bref…

Je ne pense pas que ce soit Facebook en particulier le problème ou les autres réseaux.

Je pense simplement que la multiplication infinie des rencontres que nous faisons avec ces outils nous montre le monde dans lequel nous vivons.

C’est sûr que quand on ouvre son téléphone on a infiniment plus de chances d’être confronté à tous ces exemples cités, plutôt qu’en lisant tranquillement un magazine comme auparavant.

Il n’y a pas que du négatif, mais pour continuer à en voir du positif, il faut savoir faire du tri et la part des choses. Rien ne vaut le réel !

Interview carplsd de François Huaumé Chasseur de spécimens !
Mon ami Gilles avec qui j’ai beaucoup appris à mes débuts. Vingt-cinq ans après, nous sommes toujours de vrais bons copains !

14- Comment envisages-tu l’avenir de la pêche de la carpe en France ?

Assez bien je pense, mais avec certaines conditions. Il faut que l’ancienne génération continue d’inculquer de bonnes valeurs aux jeunes débutants afin qu’ils deviennent de vrais passionnés pour qu’ils puissent à leur tour partager ça avec les générations futures.

Leur apprendre qu’il faut pêcher pour son plaisir, dans le respect des autres et qu’il est idiot de démarrer la pêche en voulant griller les étapes.

Vouloir prendre des carpes de 20kg et plus est normal pour quelqu’un qui a pris des centaines de poissons, mais pas pour un gamin qui démarre juste dans le but de s’afficher avec en croyant que cela va suffire pour trouver un sponsor.

Si les jeunes qui ont du temps pouvaient aussi intégrer les associations de pêche pour remplacer les vieux bornés qui ne lâchent rien alors que nous ne leurs coûtons pas un sous, ça serait une bonne chose !

Dans certaines régions ça bouge bien, mais pas partout. Je dirais même que c’est l’effet inverse.

Nous sommes de plus en plus de passionnés et si les Fédérations ne s’adaptent pas à nos demandes, les gens seront amenés de plus en plus à se tourner sur le privé.

Dans ma région, il y a plein d’interdictions, accès aux berges de rivières et plan d’eau barré, pas de secteur de nuit enfin bref, pas étonnant que les privés cartonnent…

Ils ont un bel avenir devant eux et prendront l’avantage sur le public si les choses n’évoluent pas.

15- Des projets ?

Oui bien sûr !!! J’ai toujours des projets !

Dès que je rentre d’une session, il me faut absolument savoir quand je pourrais repartir. J’ai besoin de ça pour me sentir bien.

Je suis un grand rêveur, je pense à la pêche tous les jours, donc les projets ce n’est pas ce qu’il manque. J’ai des projets en solo et des projets avec mon frère Jeremy.

Il y a aussi plusieurs de mes amis avec qui j’aimerais pêcher, mais le plus dur est de trouver assez de temps pour pouvoir tout faire. C’est toujours la même chose.

Dans les grandes lignes, mes projets sont de continuer la traque des gros poissons. J’ai envie de retourner dans un grand lac continuer ce que j’ai commencé et en découvrir deux autres !

J’aimerais aussi beaucoup pouvoir ajouter un méga fish de canal et de rivière à ma collection de 30 + puis battre mon record qui est à 36,900kg ! Refaire un ou des voyages à l’étranger me plairait énormément aussi !

Vous voyez, avec ça, j’en ai déjà pour des années !!!

Évidement dans tout ça, il va falloir faire des choix, mais une chose est sure, vu la passion que j’ai pour la carpe vous n’avez pas fini d’entendre parler de moi…

Interview carplsd de François Huaumé Chasseur de spécimens !
Vu la passion que j’ai pour la carpe, vous n’avez pas fini d’entendre parler de moi !

 

MAGAZINE CARPE EN MODE AUDIO

-- ESPACE PARTENAIRE(S) --
------------
Afficher plus

Articles liès à la même thématique

Bouton retour en haut de la page
Chargement...
X
X